energie

Les médecines traditionnelles placent un « corps d’énergie » entre corps et esprit. Cette énergie vitale serait partout, en nous et dans notre environnement. De nombreuses études scientifiques confirment une organisation de courants énergétiques dans tout corps vivant, liés à notre santé…

Qu’en est-il ?

Article mis à jour le 23/07/2019

Il est difficile de faire la part des choses entre certaines présentations très ésotériques de l’énergie, les faits constatés scientifiquement, et les enseignements traditionnels de diverses cultures. Essayons d’y voir plus clair.

Diverses théories tentent d’expliquer cette notion d’énergie vitale et de faire le lien avec la science moderne (notamment avec la physique quantique). Notre but n’est pas de les exposer ici, mais de présenter des techniques et des faits connus, pouvant améliorer la santé en relation avec ces notions d’énergie. Qu’elle soit énergie vitale selon la tradition, ou champs électrique, ou vitalité ressentie…, elle tend à diminuer en vieillissant, et dans notre démarche anti-âge, nous chercherons donc à la préserver au mieux. Nous verrons comment plus bas.

Energie, prana, ojas, Qi…

En fait, il y a bien longtemps que les asiatiques définissent la notion d’une énergie universelle circulant dans notre corps vivant. Les chinois décrivent depuis des millénaires le « Qi » circulant selon des trajets bien répertoriés à travers le corps. Il s’agit des « méridiens », le long desquels sont les fameux points d’acupuncture.

energie circulant dans les chakrasDepuis plusieurs millénaires, la médecine indienne ayurvédique décrit le « prana » ainsi qu' »ojas (l’essence vitale) » et « tejas » (moins connues). Ces trois énergies vitales circulent dans le corps selon des trajets assez similaires : les nadis. A certaines intersections de ces nadis on trouve les 7 « chakras« , en quelque sorte des carrefours énergétiques. Selon cette tradition, ces énergies, donnent la vitalité et permettent, par exemple, de bonnes défenses immunitaires, l’intelligence vive, la nutrition des tissus corporels, l’éclat de la peau…

Pour terminer cette très brève description, il est important de dire que l’énergie du corps humain est en interaction permanente avec les énergies de son environnement. Ainsi, les médecines traditionnelles voyaient déjà l’homme comme une globalité liée au cosmos, ayant des interactions invisibles avec son environnement. Aujourd’hui, on constate que certains lieux géographiques, des appareils électriques ou encore des implants métalliques, peuvent perturber notre santé avec de nombreuses d’études à l’appui.

La science et l’énergie vitale

Les scientifiques acceptent mal ces concepts mais ils reconnaissent progressivement la réalité de certains phénomènes.

Les champs énergétiques du vivant

La science connait depuis longtemps l’activité de divers courants électriques du corps humain. Elle constate aujourd’hui que notre corps émet aussi des champs électromagnétiques et des photons (appelés biophotons). Tout cela se mesure. Même une simple cellule de notre corps, tant qu’elle est vivante, émet ce type de rayonnement.

Certains biologistes envisagent l’hypothèse d’une communication entre nos cellules (voire beaucoup plus loin) grâce à ces champs d’émissions. Des chercheurs chinois et russes ont montré des champs électromagnétiques liés au corps humain, pouvant correspondre au fameux ‘Qi’ (tchi) des orientaux ainsi qu’une activité électrique spécifique au niveau des ‘chakras’ (1).

Des appareils d’imagerie cérébrale fonctionnelle très sensibles (magnéto-encéphalographes) ont pu montrer l’existence d’un champ électromagnétique autour du crâne et qui varie (entre autres) avec les pensées (2).

De curieux trajets où circule l’énergie dans le corps

D’autres médecins, dans différents pays, ont mis en évidence les trajets de circulation d’énergie décrits par la médecine chinoise (3). Ils différent des flux des vaisseaux sanguins et lymphatiques par leur trajet et leur vitesse de circulation.

Ces nombreuses études ne sont pas reconnues par tous et il coulera certainement de l’eau sous les ponts avant qu’une unanimité se fasse. Ce que les anciens appelaient énergie est-il un courant ou un champ électromagnétique ? Il est encore tôt pour le dire…

Comment augmenter son énergie vitale ?

Quelle que soit la nature réelle de l’énergie vitale, les méthodes qui s’y adressent ont des effets sur la santé, constatés par les scientifiques. Voyons donc comment préserver ou se recharger cette énergie qui tend à se réduire dans l’avancée en âge.

posture de yogaLa pratique du yoga

Le yoga nous enseigne qu’il est possible de capter du ‘prana’ dans l’environnement pour augmenter son énergie vitale, améliorer sa forme et maintenir sa santé. Le Pranayama, en particulier, est un ensemble de techniques de yoga basées sur les postures et les exercices respiratoires, destinés à se recharger en énergie vitale.

Les études médicales montrant les effets du Yoga sur la santé sont légion. Le Yoga est bénéfique dans les problèmes cardiovasculaires, les douleurs lombaires chroniques, le cancer, les dépressions nerveuses, la maladie de Parkinson, dans beaucoup de maladies liées au vieillissement, etc…

Certaines recherches montrent une diminution des problèmes de santé en général, avec une pratique régulière du yoga, et même une augmentation d’activité de notre « télomérase« , ce qui pourrait signifier plus de longévité.

En médecine ayurvédique, cette énergie vitale, qui nous confère santé et longévité, est appelée Ojas (voir cet article pour en savoir plus).

Le Qi Gong

posture de qi-gongLes chinois pratiquent depuis des millénaires le Qi Gong. Il s’agit essentiellement d’exercices posturaux et respiratoires permettant au corps de se recharger et s’équilibrer en énergie (le « Qi »). Le Qi Gong enseigne comment capter l’énergie de la nature environnante et comment la faire circuler harmonieusement dans tout le corps. Notons qu’ici encore, il s’agit de postures et de respiration comme pour le yoga.

Les références de la littérature médicale, bien que moins nombreuses, décrivent des actions positives dans l’hypertension, le diabète, l’immunité. Il est employé dans certains services de gériatrie pour améliorer la mobilité de personnes très âgées, etc…

Notons que des chercheurs ont montré l’existence de forts champs électromagnétiques mesurés au bout des doigts des pratiquants pendant leurs exercices (4).

L’ acupuncture

meridiens acupunctureL’acupuncture est bien connue aujourd’hui en occident. Cette médecine ancestrale chinoise s’adresse à la circulation de l’énergie (le « Qi » pour les chinois) qui se fait dans le corps selon des trajets connus : les « méridiens ». Par stimulation de points bien précis situés sur ces méridiens, l’acupuncteur peut intervenir, recharger, réguler…

Il est surtout intéressant de noter que, traditionnellement, le médecin acupuncteur voyait ses patients systématiquement aux changements de saison afin de rééquilibrer leur énergie, ce qui était sensé les maintenir en bonne santé et les faire vivre longtemps. Si la personne tombait malade, les soins apportés alors par le médecin étaient gratuits. Dans cette véritable médecine préventive, le médecin n’était payé que pour garder les gens en santé.

Et les ions négatifs ?

L’air ambiant peut contenir des particules ionisées, c’est à dire chargées électriquement. Certaines études ont affirmé que les ions positifs (chargés positivement) sont généralement néfastes pour notre forme, alors que les ions négatifs sont apaisants et énergisants. L’exemple très employé est celui de l’orage. L’air devient chargé en ions positifs avant l’orage (alors qu’on se sent mal à l’aise), et en ions négatifs après l’orage, alors que l’on se sent généralement mieux.

Les études sont assez controversées. Il semblerait cependant admis qu’un air très ionisé aurait un effet globalement bénéfique sur la santé. Notons quand même que lors d’ionisation de l’air, l’oxygène s’ionise négativement alors que le dioxyde de carbone (co²) s’ionise positivement.

Quoiqu’il en soit, il semble logique d’éviter les environnements riches en ions positifs (voir ci-dessous) car il s’agit essentiellement de milieux pollués ou confinés, et de rechercher ceux qui sont riches en ions négatifs, où la pollution est atténuée : cascades, montagne, bords de mer, zones ensoleillées, forêt, campagne… Les ions sont produits entre autres lors de mouvements naturels créés par le vent, les vagues, l’écoulement de l’eau…

Préserver son énergie vitale

Les médecines traditionnelles orientales nous enseignent que cette énergie a tendance à diminuer avec l’âge, et qu’il est important d’en prendre soin.

L’alimentation saine

La science moderne la voit comme un apport d’énergie mesuré en calories, et d’un ensemble de nutriments indispensables au bon fonctionnement du corps humain. Les médecines  traditionnelles y voient un apport de forces vitales. Dans les deux cas, on peut bien dire que notre alimentation doit être saine et adéquate pour conserver notre forme (des explications sur la nutrition saine anti-âge ici ).

Les environnements néfastes

voitures sans aerationOn sait que l’électricité et des champs électromagnétiques sont à l’oeuvre dans notre corps et au sein même de nos cellules. Qu’ils soient liés ou pas aux concepts d’énergie vitale des médecines orientales, il faut bien admettre que, dans les deux cas, les environnements néfastes pour notre santé sont les mêmes, bien qu’ayant des explications parfois différentes.

La pollution électromagnétique
Les champs électromagnétiques peuvent modifier ou perturber l’activité biologique des cellules de notre corps. Ceci est largement documenté.

Ionisation de l’air
Nous avons vu qu’un air très ionisé favorise la santé. On sait aussi que l’ionisation de l’air favorise la chute des microparticules polluantes en suspens vers le sol. Les situations où l’air est peu ionisé sont : les lieux clos, confinés, sans aération, sans végétation, l’air conditionné…

L’environnement qui n’est pas fait pour vous

Une parenthèse digne d’intérêt est à ouvrir ici, et concerne les médecines orientales et la notion d’énergie. En médecine chinoise ou ayurvédique (indienne), on décrit plusieurs modalités de l’énergie vitale qui doivent s’équilibrer pour apporter la forme et la santé de l’individu. Or, il est dit aussi que la constitution de chacun donne souvent une prédominance à l’une ou l’autre de ces modalités. De la même façon, dans l’environnement naturel une modalité particulière de l’énergie peut prédominer. Par exemple, un climat chaud et sec conviendra à certains alors que d’autres se sentent mieux au frais et en zone humide.

En conclusion

Nous sommes encore loin de tout connaître et de tout expliquer par la science en ce qui concerne la notion d’énergie vitale. Néanmoins, sans accepter inconditionnellement ce concept (parce que décrit par les médecines traditionnelles orientales) ni le rejeter en bloc (car non totalement expliqué par la science occidentale), il nous semble logique d’étudier la question et de retenir les approches et les soins dont la recherche médicale a montré les effets ou bien qui ont résisté à l’épreuve du temps.