Energie, corps et soleil

Les médecines traditionnelles placent un « corps d’énergie » entre physique et esprit. Cette énergie vitale serait partout, en nous et dans notre environnement. Aujourd’hui, les études scientifiques confirment une organisation de courants énergétiques dans tout corps vivant, liés à notre santé…

Et si c’était fondamental pour nous ?

Etre en forme, c’est quoi ?

Ne vous êtes vous jamais dit un matin : je manque d’énergie, sans savoir à quoi l’attribuer ? D’ailleurs, quand on parle de « forme », de quoi parle t’on ?

  • de l’absence de fatigue,
  • de pouvoir bouger et faire des efforts musculaires facilement,
  • d’une bonne immunité débarrassant notre corps des agents infectieux, des cellules anormales et autres particules étrangères,
  • d’une bonne digestion,
  • d’un intellect performant et d’un bon moral…

Au final, quand tout fonctionne bien. Mais entre le jour où vous vous sentez en forme et celui où vous êtes raplapla, quelle est la différence ? Un manque d’énergie que l’on peut mesurer jusqu’au sein des cellules.

Aujourd’hui, la science connait bien ce qui fournit l’énergie à chacune de nos cellules, et leur permet de fonctionner. C’est le travail de nos mitochondries, ces petites centrales énergétiques (quelques centaines par cellule). Pour cela, elles ont besoin de nutriments qu’elles vont « brûler » avec de l’oxygène. En fait, il ne s’agit pas de flammes; tout se fait par des transferts de charges électriques.

Ensuite, nos cellules doivent travailler ensemble et communiquer. Ceci se passe essentiellement par des courants électromagnétiques.

L’énergie vitale est ce qui fait la différence entre un corps vivant et ce même corps qui vient de s’arrêter de vivre : invisible et impalpable mais primordiale.

Au final, ce concept va certainement plus loin que le travail de nos mitochondries et la circulation de courants électriques dans le corps mais peu importe ici. Qu’elles soient prâna ou chi selon la tradition, champs électromagnétiques, ou vitalité ressentie…, ces forces de vie tendent à diminuer en nous avec le vieillissement. Dans notre démarche anti-âge, nous cherchons donc à les augmenter et à les préserver au mieux. Nous allons voir comment plus bas.

Rempli(e) d’énergie, vous êtes fort(e) et en santé, vous vieillissez en forme, loin des maladies.

Energie, prâna, ojas, Qi, chi…

Il y a bien longtemps que les asiatiques définissent la notion d’une énergie universelle circulant dans tout corps vivant. Les chinois décrivent depuis des millénaires le « Qi », empruntant des trajets bien répertoriés à travers le corps : les « méridiens », le long desquels sont les fameux points d’acupuncture.

energie circulant dans les chakrasDepuis la nuit des temps, la médecine indienne ayurvédique décrit le « prâna », ainsi que « ojas (l’essence vitale) » et « tejas » (moins connues). Ces trois énergies vitales circulent dans le corps selon des trajets assez similaires aux méridiens d’acupuncture : les nadis. A certaines intersections de ces nadis on trouve les 7 « chakras« , en quelque sorte des carrefours énergétiques. Selon cette tradition, ces énergies donnent la vitalité, et permettent, entre autres, de bonnes défenses immunitaires, une intelligence vive, la nutrition des tissus corporels, l’éclat de la peau…

Pour terminer cette très brève description, il est important de dire que l’énergie du corps humain est en interaction permanente avec les énergies de son environnement. Ainsi, les médecines traditionnelles voyaient déjà l’homme comme une globalité liée au cosmos, ayant des interactions invisibles avec son environnement. Aujourd’hui, on sait que nos cellules fonctionnent et communiquent avec des courants électriques, et émettent des ondes électromagnétiques mesurables. On constate aussi que certains lieux géographiques, des appareils électriques, des ondes radio, ou encore des implants métalliques dans le corps, peuvent perturber notre santé, avec de nombreuses d’études à l’appui.

La science et l’énergie vitale

La plupart des scientifiques acceptent difficilement les concepts traditionnels mais ils reconnaissent progressivement la réalité de certains phénomènes.

Les champs énergétiques du vivant

La science connait depuis longtemps l’activité de divers courants électriques du corps humain (muscles, coeur, cerveau…). Elle constate aujourd’hui que notre corps émet aussi des champs électromagnétiques et des photons (des particules de lumière, appelées ici biophotons). Tout cela se mesure, même au niveau d’une simple cellule, tant qu’elle est vivante.

Certains biologistes envisagent l’hypothèse d’une communication entre nos cellules (voire beaucoup plus loin) grâce à ces champs d’émissions. Des chercheurs chinois et russes ont montré des champs électromagnétiques liés au corps humain, pouvant correspondre au fameux ‘Qi’ (tchi) des orientaux, ainsi qu’une activité électrique spécifique au niveau des chakras (1).

Des appareils d’imagerie cérébrale fonctionnelle très sensibles (magnéto-encéphalographes) ont pu montrer l’existence d’un champ électromagnétique autour du crâne, qui varie (entre autres) avec les pensées (2).

De curieux trajets où circule l’énergie dans le corps

D’autres médecins, dans différents pays, ont mis en évidence les trajets de circulation d’énergie décrits par la médecine chinoise : les fameux méridiens (3). Ils différent des flux des vaisseaux sanguins et lymphatiques par leur trajet et leur vitesse de circulation.

Ces nombreuses études ne sont pas reconnues par tous, et il coulera certainement de l’eau sous les ponts avant qu’une unanimité se fasse. Ce que les anciens appelaient énergie est-il un courant ou un champ électromagnétique ? Il est encore tôt pour le dire…

Quoiqu’il en soit, voyons comment augmenter son énergie, puis comment la préserver.

Comment augmenter son énergie vitale ?

Quelle que soit la nature réelle de l’énergie vitale, les méthodes qui s’y adressent, et ont des effets sur la santé, constatés scientifiquement. Voici des techniques pour nous « recharger » en cette énergie, qui tend à se réduire dans l’avancée en âge, et ainsi nous rendre plus forts.

Apporter les bons nutriments

Comme nous l’avons vu, pour fabriquer de l’énergie, il faut à nos mitochondries de l’oxygène et des nutriments (surtout du glucose mais aussi des lipides, voire des protéines). Aussi, une bonne respiration apportera cet oxygène à nos cellules, ainsi qu’une bonne circulation sanguine, favorisée par le mouvement, et ralentie par la sédentarité.

Outre les macronutriments (glucides, lipides, protides), il faut surtout veiller à bien apporter à notre corps ce qu’on appelle les micronutriments essentiels : vitamines, minéraux, acides gras et acides aminés essentiels. Ce sont, au total, une trentaine de nutriments dont on voit beaucoup de personnes carencées dans nos sociétés modernes (surtout magnésium, zinc, sélénium, vitamines D, E, B12…) (voir notre article sur les micronutriments essentiels).

Les exercices de respiration

Connus depuis des millénaires, pour augmenter l’énergie combative des pratiquants d’arts martiaux, par exemple, ils redeviennent au goût du jour depuis quelques temps.

Il en existe beaucoup avec chacun ses propres spécificités. Au final, ils visent surtout à augmenter l’apport d’oxygène et son utilisation dans les cellules de notre corps, même s’ils peuvent avoir d’autres bienfaits (voir notre dossier sur les techniques de respiration).

Remarquez que la pratique d’un sport ou d’une activité physique améliore déjà notre respiration.

posture de yogaLa pratique du yoga

Le yoga nous enseigne qu’il est possible de capter du ‘prana’ dans l’environnement pour augmenter son énergie vitale, améliorer sa forme et maintenir sa santé. Le Pranayama, en particulier, est un ensemble de techniques de yoga basées sur les postures et les exercices respiratoires, destinés à se recharger en énergie vitale.

Les études médicales montrant les effets du Yoga sur la santé sont légion. Le Yoga est bénéfique dans les problèmes cardiovasculaires, les douleurs lombaires chroniques, le cancer, les dépressions nerveuses, la maladie de Parkinson, dans beaucoup de maladies liées au vieillissement, etc…

Certaines recherches montrent une diminution des problèmes de santé en général, avec une pratique régulière du yoga, et même une augmentation d’activité de notre « télomérase » , ce qui pourrait signifier plus de longévité.

En médecine ayurvédique, cette énergie vitale, qui nous confère santé et longévité, est appelée Ojas (voir cet article pour en savoir plus).

Le Qi Gong

posture de qi-gongLes chinois pratiquent depuis des millénaires le Qi Gong. Il s’agit essentiellement d’exercices posturaux et respiratoires permettant au corps de se recharger et s’équilibrer en énergie (le « Qi »). Le Qi Gong enseigne comment capter l’énergie de la nature environnante, et comment la faire circuler harmonieusement dans tout le corps. Notons qu’ici encore, il s’agit de postures et de respiration comme pour le yoga.

Les références de la littérature médicale, bien que moins nombreuses, décrivent des effets salutaires dans l’hypertension, le diabète, l’immunité. Il est employé dans certains services de gériatrie pour améliorer la mobilité de personnes très âgées, etc…

Notons que des chercheurs ont montré l’existence de forts champs électromagnétiques mesurés au bout des doigts des pratiquants pendant leurs exercices (4).

Utiliser le principe d’hormèse

En nous soumettant à un stress ponctuel court mais intense, suivi d’une période de récupération, notre corps et notre mental se renforcent. Diverses réactions biologiques se mettent alors en jeu, et sont expliquées scientifiquement. On peut rapprocher ce phénomène d’une augmentation d’énergie vitale.

Les méthodes les plus couramment employées sont :

  • les jeûnes courts (qui, en plus, mettent notre digestion au repos, économisant ainsi notre énergie).
  • l’exposition au chaud ou au froid extrêmes
  • l’entrainement intense fractionné
  • l’apnée…

Voyez notre article sur hormèse et renforcement en anti-âge.

Le contact de la nature et les ions négatifs

Il semble bien qu’une promenade en forêt ou au bord de la mer nous fasse plus d’effet revigorant que le même trajet à pied fait en ville. Le contact de la nature, débordante de vie, en serait la raison, possiblement liée à la présence d’ions négatifs (entendez : ayant une charge électrique négative). La lumière du soleil y contribue. Elle nous est d’ailleurs indispensable.

L’air ambiant peut donc contenir des particules ionisées, et la science montre que les ions positifs sont généralement néfastes pour notre forme, alors que les ions négatifs sont apaisants et énergisants. L’exemple très employé est celui de l’orage. L’air devient chargé en ions positifs avant l’orage (alors qu’on se sent mal à l’aise), et en ions négatifs après l’orage, alors que l’on se sent généralement mieux.

Femme soleil et energieMalgré des études parfois controversées, il semble cependant admis qu’un air très ionisé aurait un effet globalement bénéfique sur la santé. Notons quand même que lors d’ionisation de l’air, l’oxygène s’ionise négativement.

Quoiqu’il en soit, il semble logique d’éviter les environnements riches en ions positifs (voir ci-dessous) car il s’agit essentiellement de milieux pollués ou confinés, et de rechercher ceux qui sont riches en ions négatifs, où la pollution est atténuée : cascades, montagne, bords de mer, zones ensoleillées, forêt, campagne… Ces ions sont produits entre autres lors de mouvements naturels créés par le vent, les vagues, l’écoulement de l’eau…

Préserver son énergie vitale

Les médecines traditionnelles orientales nous enseignent que cette énergie a tendance à s’affaiblir avec l’âge, et qu’il est important d’en prendre soin.

L’alimentation saine

La science moderne la voit comme un apport d’énergie mesuré en calories, et d’un ensemble de nutriments indispensables au bon fonctionnement du corps humain. Les médecines traditionnelles y voient un apport de forces vitales. Dans les deux cas, on peut bien dire que notre alimentation doit être saine et adéquate, pour conserver notre forme. Comme vu plus haut, il faut surtout veiller à ne pas avoir de carences en micronutriments essentiels.

Des explications sur la nutrition saine anti-âge ici

Un sommeil suffisant

Il n’est pas un secret que le repos permet de retrouver de l’énergie. Le manque de sommeil débouche sur la fatigue et le manque de forme. Il ne faut surtout pas l’oublier, et faire en sorte d’avoir un sommeil réparateur, suffisamment long et profond, en fonction de la constitution de chacun.

En particulier, on sait maintenant que le manque de sommeil affecte le fonctionnement de nos mitochondries. Il a aussi été démontré que, pendant notre sommeil, notre cerveau utilise ses mitochondries pour éliminer ses molécules toxiques (J. J. Iliff 2012).

Entretenir nos mitochondries

Comme tant d’autres choses, nos mitochondries ont tendance à devenir moins performantes en vieillissant, et à diminuer en nombre, notamment, lorsque les défenses antioxydantes du corps sont dépassées par trop de phénomènes d’oxydation, voir ici.

Elles sont aussi affaiblies et/ou endommagées par l’inflammation chronique dont il faut absolument éviter l’installation dans notre corps (A. Currais 2015).

La bonne nouvelle est que les mitochondries sont capables de se régénérer, de se réparer et se multiplier dans certaines conditions, pour relancer leur production d’énergie. Certaines techniques sont particulièrement actives. Voici les principales :

  • le jeûne et la restriction calorique qui déclenchent l’autophagie et sa version de recyclage des mitochondries : la mitophagie (Heather J. Weir 2017),
  • le sport, le HIIT mais aussi l’endurance,
  • les nutriments suivants : coenzyme Q10, resvératrol, D-Ribose , PQQ, nicotinamide riboside, EGCG du thé vert, carnitine, vitamines B3, E, C… pour en citer les plus classiques, et où beaucoup sont des antioxydants,
  • les massages (J. D. Crane 2012) …

Eviter les environnements néfastes

voitures sans aerationQuelle que soit la relation des champs électromagnétiques, oeuvrant dans nos cellules, avec l’énergie vitale des médecines orientales, il faut bien admettre que les environnements néfastes pour notre santé sont les mêmes, bien qu’ayant des explications parfois différentes.

La pollution électromagnétique :
Les champs électromagnétiques peuvent modifier ou perturber l’activité biologique des cellules de notre corps. Ceci est largement documenté.

L’ionisation de l’air, que nous avons vue, a également un impact sur la santé. Les ions négatifs favorisent la chute des microparticules polluantes en suspens, vers le sol. Les situations où l’air est peu ionisé sont : les lieux clos, sans aération, sans végétation, l’air conditionné… A l’inverse, être plus proche de la nature apparait comme salutaire.

L’environnement qui n’est pas fait pour vous :
Une parenthèse digne d’intérêt est à ouvrir ici. En médecine chinoise ou ayurvédique (indienne), on décrit plusieurs modalités de l’énergie vitale qui doivent s’équilibrer pour apporter la forme et la santé à l’individu. Or, il est dit aussi que la constitution de chacun de nous reflète une prédominance de l’une ou l’autre de ces modalités. De la même façon, dans l’environnement naturel, une modalité particulière de l’énergie peut prédominer et nous convenir plus ou moins. Par exemple, certains se porteront à merveille dans un climat chaud et sec, alors que d’autres se sentent mieux au frais et en zone humide. Voyez : connaître sa constitution pour découvrir l’environnement fait pour vous.

Un bon mental :

L’environnement, c’est aussi nos relations avec les autres, et le bonheur ou le stress qui peuvent en découler.

Sans rentrer dans les détails, ce qui serait trop long ici, rappelons que le stress permanent et répété a des effets néfastes sur la santé morale mais aussi physique. Les études l’ont montré à maintes reprises. Aussi, à l’inverse, l’optimisme, la joie, la gratitude, l’amour… vont aider à se remplir d’énergie, quelles que soient les méthodes employées. Les médecines traditionnelles orientales parlent bien de nourriture spirituelle : nos pensées, aussi importantes que la nourriture matérielle.

Il est très important d’apprendre à gérer le stress, et à entretenir des pensées positives. Il n’est jamais trop tard. Améliorer sa forme et sa santé, c’est un tout. Cela ne se résume pas à prendre un remède ou à appliquer une méthode en particulier.

L’acupuncture

meridiens acupunctureL’acupuncture est aujourd’hui bien connue en occident. Cette médecine ancestrale chinoise s’adresse à la circulation de l’énergie (le « Qi » pour les chinois) qui se fait dans le corps selon des trajets connus : les « méridiens ». Par stimulation de points bien précis situés sur ces méridiens, l’acupuncteur peut intervenir, recharger, réguler…

Il est surtout intéressant de noter que, traditionnellement, le médecin acupuncteur voyait ses patients systématiquement aux changements de saison afin de rééquilibrer leur énergie, ce qui était sensé les maintenir en bonne santé et les faire vivre longtemps. Si la personne tombait malade, les soins apportés alors par le médecin étaient gratuits. Dans cette véritable médecine préventive, le médecin n’était payé que pour garder les gens en santé.

En conclusion

Nous sommes encore loin de tout connaître et de tout expliquer par la science en ce qui concerne la notion d’énergie vitale. Néanmoins, sans accepter inconditionnellement ce concept (parce que décrit par les médecines traditionnelles orientales) ni le rejeter en bloc (car non totalement expliqué par la science occidentale), il nous semble logique d’étudier la question, et de retenir les approches et les soins dont la recherche médicale a montré les effets, ou bien celles qui ont résisté à l’épreuve du temps.

Enfin, conservons une approche globale : n’oublions jamais l’importance de l’état psychique autant que physique.