différentes constitutions corporelles

Vos caractéristiques physiques et psychologiques définissent votre constitution, c’est votre nature, votre génétique…

La connaître permet de mieux évaluer vos qualités, vos faiblesses, vos aptitudes, etc…

La notion de « terrain » et de constitution propre à chacun est une réalité médicale évidente, et pourtant trop souvent ignorée. Les échecs rencontrés et les différentes sensibilités aux techniques d’anti-âge, régimes, nutrithérapies, soins esthétiques, etc… peuvent s’expliquer par les différentes constitutions de chacun. Tout le monde ne réagit pas de la même façon.

Les constitutions sont classées par « dosha » en médecine ayurvédique, « diathèse » en homéopathie ou oligothérapie, « typologie » en médecine énergétique, etc…

Ainsi, selon la constitution de chaque individu :

  • les problèmes de santé sont différents d’une personne l’autre, dans le même contexte,
  • les troubles présentés sont plus ou moins forts,
  • la réponse aux différents traitements est variable,
  • les capacités d’élimination des toxines et d’adaptation aux divers stress diffèrent.

On sait aujourd’hui, par exemple, que les types d’enzymes fabriqués par le corps, ou encore les capacités immunitaires, ne sont pas fixés et peuvent varier largement d’un individu à l’autre.

Connaitre sa constitution pour gérer sa longévité

Lorsque vous connaissez votre profil ou constitution, il est possible de définir le mode de vie qui vous convient le mieux, votre environnement idéal, les traitements qui marcheront le mieux pour vous, etc… Repérer les maladies qui se développent plus facilement, connaître vos points faibles mais aussi vos points forts, permet d’avoir une attitude préventive, pour la santé comme pour le vieillissement.

De nombreuses médecines utilisent la typologie pour mieux adapter leurs soins à chacun, selon sa constitution : homéopathie, acupuncture, médecine chinoise, médecine ayurvédique, oligothérapie, naturopathie, etc… Nous en faisons une synthèse et proposons d’utiliser en priorité les 3 constitutions de base de l’Ayurvéda (les 3 doshas) où l’on retrouve finalement les autres classification. Il s’agit de :

  1. Vata : la constitution dominée par le vent (catabolique)
  2. Pitta : la constitution dominée par le feu (métabolique)
  3. Kapha : la constitution dominée par la terre et l’eau (anabolique).

Votre corps ainsi que votre mental se sont développés selon une certaine « constitution » ou l’association de d’entre elles. Le terrain idéal serait un équilibre parfait entre les 3 doshas.

Ainsi, par exemple, un « catabolique » (ou Vata) a un physique plutôt longiligne, les cheveux fins et secs et des os plus fragiles. Un « anabolique » (ou Kapha) a une tendance à grossir facilement, avec des articulations solides et des cheveux plus épais… Le premier est d’une nature facilement anxieuse alors que le second est plutôt jovial et bon vivant, etc…

Votre constitution de base est inscrite dans vos gênes. Vous devez faire et vivre avec elle : profiter de vos points forts, et être conscient(e) de vos points faibles. Ceci dit, vous pouvez toujours améliorer l’équilibre entre ces 3 principes par votre hygiène de vie, et certains traitements naturels. Ainsi vous renforcerez votre constitution de base. C’est le principe de l’épigénétique : votre mode de vie peut modifier l’expression de vos gênes (en bien comme en mal).

Les variantes de constitutions ou profils

typologie de diff rentes personnesCes différences dans nos fonctionnements peuvent par exemple, être l’expression :

  • de systèmes enzymatiques différents : plus de facilité pour fabriquer certaines enzymes que d’autres, et donc pour favoriser certaines fonctions du corps plus que d’autres
  • d’un pôle psychique plus ou moins marqué (par exemple, certains sont plus sensibles aux émotions (ils les « digèrent » moins bien) alors que d’autres, plutôt « bons vivants », encaissent mieux les contrariétés
  • de blocages énergétiques (selon les médecines orientales notamment)
  • et finalement de notre génotype (nos gênes hérités).

Ces éléments font que nous sommes tous différents, avec des critères déterminés à la naissance. Toutefois, de grands types de constitution (ou profils) se retrouvent, où les sujets se ressemblent physiquement, fonctionnent de façon semblable, et ont des similitudes dans leurs réactions psycho-émotionnelles.

Pour évaluer votre constitution

On peut distinguer ces tendances de constitution dans la médecine ayurvédique mais, en observant bien, on les retrouve dans quasiment toutes les médecines « de terrain ». Je vous en propose une synthèse « intégrative ».

Si vous êtes d’une constitution parfaitement équilibrée, les trois tendances sont égales chez vous. Généralement, vous vous reconnaitrez plus dans une (ou deux) de celles-ci :

La constitution anabolique (Kapha en ayurvéda)

Le principe de « fabrication » domine, que l’on retrouve dans l’anabolisme cellulaire. C’est la fabrication des tissus structurels du corps, de protéines complexes à partir d’acides aminés, de corps gras structurés à partir d’acides gras plus simples, etc… au sein de nos cellules.

C’est le mode prédominant dans l’enfance, avec la croissance du corps. La constitution anabolique correspond au type « terre » (Kapha) en Ayurveda, au « carbonique » en homéopathie, au surrénalien des naturopathes, etc…

C’est la nature terrienne. Lorsqu’elle domine chez un individu, on retrouve fréquemment :
• un physique plutôt trapu et une tendance à l’embonpoint
• un sommeil lourd et long
• une grande résistance à l’effort
• une peau plutôt épaisse, voire aux pores dilatés
• une voix grave et lente
• un appétit modéré
• du calme, voire de l’impassibilité…          en savoir plus sur kapha

La constitution catabolique (Vata en ayurvéda)

C’est le processus du mouvement, de l’adaptation à l’environnement, et de la « dégradation » des substances, qui domine dans le corps. On peut le rapprocher du catabolisme cellulaire : des molécules complexes sont décomposés en molécules plus simples pour permettre la production d’énergie, l’élimination de « déchets » inutiles, ou l’utilisation de ces molécules simples.

Ce principe va aussi de pair avec la rétraction des tissus et du corps, à l’opposé de Kapha et de l’anabolisme. Il est généralement prédominant lors du vieillissement.

La constitution catabolique correspond au type « vent » (Vata) en Ayurveda, au « phosphorique » en homéopathie, au thyroïdien des naturopathes, etc… Lorsqu’il domine chez un individu, on y retrouve fréquemment :
• un physique mince et élancé
• les extrémités du corps fines et froides
• de l’anxiété facile
• une énergie vite disponible mais sans endurance
• une peau sèche, des cheveux fins
• beaucoup d’imagination et l’esprit artistique…          en savoir plus sur vata

La constitution métabolique (Pitta en ayurvéda)

Ici c’est la « combustion » pour produire l’énergie, et les réactions de tranformation qui dominent. Connue aujourd’hui pour se faire au sein de nos mitochondries cellulaires, elle utilise l’oxygène et des nutriments (principalement le glucose ou des graisses), pour fabriquer l’ATP (adénosine triphosphate) notre « carburant ». Elle est surtout impliquée dans le fonctionnement des muscles, du cerveau, de la digestion et de la production de chaleur. Elle s’exprime plus particulièrement à l’âge moyen de 25 à 50 ans.

La constitution métabolique correspond donc au type « feu » (Pitta) en Ayurveda, au « sulfurique » des homéopathes, l’hypophysaire des naturopathes, etc…

Lorsqu’il domine, on retrouve fréquemment :
• un corps bien proportionné, musclé et robuste
• une personne énergique, ambitieuse, dynamique, parfois têtue
• une personne plutôt élégante et attachée à son apparence
• un naturel « réchauffé »
• un bon appétit et une bonne digestion
• une peau plutôt grasse facilement irritable
• un tempérament à s’emporter facilement, voire colérique…          en savoir plus sur pitta

Des travaux concernant la notion de constitution

Henri Bernard (années 30)

Il proposait une origine embryologique intéressante des constitutions. Selon la prédominance de l’un des 3 feuillets embryonnaires, l’enfant tend vers une des 3 constitutions homéopathiques avec les organes correspondants plus actifs et donc plus vulnérables :

  • feuillet endodermique : organes de la digestion et de la respiration, constitution carbonique (Kapha)
  • feuillet mésodermique : sang et tissus de soutient, constitution sulfurique (Pitta)
  • feuillet ectodermique : système nerveux et peau, constitution phosphorique (Vata).

Les travaux de Durlach

Ils montrent une tendance à l’hérédité des terrains carencés en magnésium et sensibles au stress, correspondant au type catabolique (Vata).

Génétique

On retrouve dans certains génotypes des tendances bien définies. Par exemple, le groupe tissulaire HLA B35 serait également prédisposé aux carences en magnésium… (JG Henrotte).

Conclusion

La description des constitutions existe depuis fort longtemps et dans diverses médecines. Elle permet d’adapter les soins à chaque individu. En pratique médicale, on apprécie quotidiennement l’utilité de cette approche. Par exemple : on constate bien que les patients de type métabolique (Pitta, le feu en médecine ayurvédique, le sulfurique en homéopathie ) éliminent bien. Ils ont une bonne combustion digestive et une bonne production d’énergie cellulaire par leurs mitochondries performantes. En revanche, ils sont plus exposés au stress oxydant avec formation de radicaux libres importante. Ce sont eux qui voient plus vite leurs cheveux grisonner, et qui ont des taches brunes pigmentaires sur la peau, car ce sont deux phénomènes liés à l’oxydation.

D’autre part, connaître les constitutions est très utile pour aider les gens à améliorer leur santé et leur longévité en corrigeant leur hygiène de vie, leur alimentation, et en utilisant des remèdes simples et naturels.

Tout ceci nous aide à mieux traiter les personnes, de façon plus pertinente et adaptée. C’est bien là l’essentiel.

Faites le quizz !

Quelle est votre constitution ?

Evaluez-la grâce à notre test
Faites le quizz !