manger des legumes

Article mis à jour le 15/08/2019

Si l’on veut aider son corps à éliminer ses toxines, il faut avant tout cesser de l’encrasser avec des aliments qui en apportent. C’est logique et c’est la base.

L’alimentation « hypotoxique » ou le régime « détox » (produisant peu de toxines dans le corps) favorisent les processus de détoxication.

Comment manger pour mieux éliminer les toxines

Nous verrons que pour mieux éliminer les déchets et toxines du corps, le mieux est bien entendu de ne pas manger, c’est à dire jeûner. En effet, dans cette situation, non seulement aucun aliment toxique n’est ingéré, mais de plus, le corps ayant moins d’énergie à dépenser pour la digestion, il va en avoir plus à dépenser pour ses fonctions d’élimination/détoxication.

Cependant, en dehors des phases de jeûnes, ou bien pour les personnes qui ne peuvent pas (ou ne souhaitent pas jeûner), il est possible de modifier son alimentation pour aider à la détoxication.

L’alimentation hypotoxique ou le régime détox consistent tous deux dans un choix d’aliments où l’on réduit surtout ceux qui génèrent plus de toxines dans le corps. Pour nous, il s’agit du même principe. Ceci dit, l’alimentation hypotoxique est plus proposée en alimentation de fond pour lutter contre les maladies chroniques, alors que le régime détox sera plutôt adopté pendant une période spécialement destinée au nettoyage des toxines du corps.

L’alimentation hypotoxique

Le Dr Jean Seignalet, immunologiste, a très bien décrit la façon dont « s’encrasse » notre organisme au fil du temps, ainsi qu’un régime hypotoxique soulageant la charge de l’organisme dans son élimination des toxines (voir les définitions dans notre guide) (cf: L’alimentation ou 3° médecine). Il a étudié des quantités de cas de maladies chroniques améliorées par ce type d’alimentation au long cours, notamment des maladies auto-immunes.

Il s’agit de revenir à un régime de type ancestral, proche du régime paléolithique du chasseur cueilleur, avec des aliments naturels, peu ou pas transformés. Il s’agit des fruits, des légumes, des légumineuses, des huiles vierges et crues, des viandes, poissons, volailles, des noix et graines, quelques rares céréales ou pseudo-céréales, les graines germées…

Pour lui, les produits issus du blé et du lait sont aujourd’hui trop dénaturés. Chargés notamment en gluten, caséine et lactose, ils produisent des dérivés toxiques et, plus tard, des troubles de la santé. Ils sont souvent très mal digérés et mal assimilés par l’organisme, de même que pour la plupart des céréales, sauf le riz, sésame et sarrasin.

La cuisson forte est aussi un facteur de dénaturation des aliments, favorisant l’intoxination. Ainsi, il est préconisé de cuire en dessous de 110°. Le crudivorisme peut être adopté et rentrer dans ce cadre.

Cette alimentation proposée dans les années 80 par le Dr Seignalet a donné lieu a des critiques de la communauté médicale (sans réelles justifications scientifiques). Aujourd’hui, avec la vogue du régime paléolithique et les nombreuses études faites à ce sujet, l’alimentation hypotoxique est plus acceptée et mieux comprise.

Le régime détox

Il s’agit du régime alimentaire adopté pendant une période de détoxication ou une cure détox avec ses soins spécifiques. Ainsi, il dure en général quelques jours ou quelques semaines. Il se pratique une ou deux fois par an selon la naturopathie et certaines médecines traditionnelles comme l’Ayurvéda.

On y retrouvera bien sûr les même catégories d’aliments que dans l’alimentation hypotoxique. Le régime détox peut également être plus restrictif si besoin.

D’autre part, certains aliments sont capables de stimuler et aider des organes d’élimination (comme le foie ou les reins…) dans leur travail. Ils seront donc à consommer volontiers.

Voici maintenant les grands principes communs à ces alimentations.

Arrêter d’abord d’encrasser son corps

Eliminer les polluants

Il convient, en premier lieu, d’éviter les substances nocives et les polluants : tabac, alcool, drogues, substances chimiques, colorants, pesticides, médicaments inutiles, etc….

Les « polluants de l’alimentation » sont aujourd’hui beaucoup plus présents qu’on ne croit :

détergents : lave-vaisselle, produits utilisés pour laver ou conserver les aliments
métaux lourds : eaux polluées, gros poissons et plombages dentaires (mercure), tuyauteries métalliques, fumées, certains instruments de cuisine
additifs, conservateurs et pesticides : utilisés par l’industrie alimentaire pour donner du goût aux aliments ou pour les garder consommables plus longtemps.

Mangez de « vrais » aliments

Il s’agit des produits peu ou pas transformés, proche de ce que la nature nous donne. Si l’on souhaite nettoyer son corps, il est opportun d’éviter :

  • les aliments industriels : produits raffinés, plats tout préparés et en conserve qui restent des mois avant d’être consommés, additifs, conservateurs, colorants chimiques…
  • les aliments dénaturés par la cuisson surtout grillés et roussis : grillades, produits fumés, gratins, sucres caramélisés… Ils favorisent la glycation et la perte de souplesse des tissus corporels;
  • les graisses d’animaux d’élevage, souvent chargées en toxines (antibiotiques, hormones, métaux lourds, etc…)
  • les sucres raffinés et en particulier le fructose. Il est sain dans les fruits entiers (grâce à la présence de fibres alimentaires) mais, contenu dans d’autres aliments raffinés et artificiels (comme le saccharose ou l’amidon de mais par exemple), il fatigue le foie,
  • les laitages et fromages (surtout de vache) industriels,
  • et les céréales riches en gluten (blé, seigle, orge…).

Apporter au corps les nutriments utiles

En revanche, vous pouvez consommer sans réserve des fruits et des légumes (bio bien entendu). Ils sont riches en antioxydants qui sont utiles pour neutraliser les radicaux libres produits pendant phase 1 de détoxication du foie . Ils sont riches en minéraux et vitamines indispensables aux fonctions du corps.

  • Pensez aussi aux noix, amandes et graines… (trempées pour réduire les inhibiteurs de digestion).
  • Pour dénaturer le moins possible les aliments, cuisinez à basse température : vapeur, étouffé, à l’autocuiseur ou au court-bouillon….
  • Mangez des crudités à chaque repas pour apporter des enzymes à votre corps qui a du mal à en fabriquer en vieillissant.
  • Mangez les céréales complètes et les légumineuses en quantité très modérée. Ils sont plus difficiles à digérer. Préférez riz, quinoa, sarrasin, et éventuellement : avoine européenne, soja fermenté, sésame, manioc… Apprenez à bien les préparer, pour réduire l’absorption d’anti-nutriments et de perturbateurs de digestion : trempage, germination, fermentation, cuisson.
  • Prenez de bonnes graisses : l’huile de lin, noix, cameline, chanvre (huiles vierges uniquement) sur les légumes (ne pas faire cuire ces huiles !) et faites chauffer uniquement l’huile d’olive ou de coco (sans qu’elles ne fument).

Il vaux mieux, dans le cadre d’un régime détox, laisser une bonne part aux protéines végétales (champignons, graines germées, légumineuses, chia, chanvre, noix, spiruline…). Si vous mangez des protéines animales, choisissez les moins grasses et les plus digestes (volailles, poissons, viandes blanches… bio) et réduisez leur consommation à une seule fois par jour.

Diètes et jeûnes : des alliés de la santé et de la longévité

Des notions traditionnelles, voire sacrées, depuis toujours

Depuis des millénaires et dans toutes les religions, il est préconisé de suivre régulièrement des phases de réduction de l’alimentation (ou même de jeûne complet), qu’il s’agisse de la carême, du ramadan, de yom kippour… ce sont de vraies périodes d’alimentation hypotoxique qui rentrent dans le cadre des périodes de détoxication du corps.

Certaines traditions conseillent des cures de raisin, des cures de riz complet (macrobiotique), des cures de fruits, de potages de légumes, des monodiètes, etc… L’Ayurvéda utilise largement la détoxication en cures (Panchakarma) pour traiter les maladies, ou simplement améliorer la longévité. En fait, l’idée est surtout de réduire le travail de digestion fourni par l’organisme, pour l’aider dans son travail d’élimination.

Le jeûne : études scientifiques et controverses

Malgré beaucoup d’études médicales montrant l’effet bénéfique du jeûne sur la santé, celui-ci n’est pas toujours scientifiquement admis en occident. Cependant, force est de constater que toute réduction de notre alimentation est généralement bien ressentie et apporte un mieux-être, au moins sur le plan digestif et souvent global. Notons que certaines cures de jeûne en milieu médical sont prises en charge par les systèmes de santé en Allemagne, et nombreux sont les hôpitaux où elles sont pratiquées en Russie.

Selon les études récentes, le simple jeûne de 24h, chez l’homme, ferait monter l’hormone de croissance (ce qui peut être intéressant en anti-âge), et diminuerait le risque de diabète et maladie cardiovasculaire. Le jeune intermittent est très intéressant, et a aussi montré des effets dans la lutte contre la maladie cancéreuse chez l’animal (entre autres bénéfices santé).

Il est particulièrement intéressant de noter que la restriction nutritive ou le jeûne sont capables de déclencher le processus d’autophagie (ou autolyse) cellulaire, une sorte de réparation et rajeunissement cellulaire.

Les médecines traditionnelles et la naturopathie affirmaient déjà que, lors de la restriction alimentaire, après avoir puisé dans ses réserves de graisse, le corps se débarrassait en premier des tissus en mauvais état et les moins utiles. Or, il été découvert que les cellules contenant des protéines détériorées et/ou étrangères pouvaient, sous l’effet d’un stress tel que le jeûne (même court) ou le manque d’oxygène, activer la destruction de celles-ci, voire leur « recyclage » en nouvelles protéines. C’est un mode de détoxication qui ressemble bien à un rajeunissement cellulaire.

Les cures de réduction alimentaire ont généralement en commun :

  • la réduction des corps gras saturés,
  • l’absence d’aliments raffinés, transformés, et de protéines complexes,
  • l’éviction des substances dénaturées par la cuisson à haute température…

Elles réduisent donc le travail de digestion et de traitement de toxines par le foie, et par les autres organes d’élimination. Notons aussi que de nombreuses études ont démontré que la restriction calorique pouvait augmenter l’espérance de vie (en tout cas chez l’animal).

Les aliments qui aident le corps à éliminer ses toxines

La plupart des fruits et légumes crus ou peu cuits sont riches en antioxydants utiles dans la détoxication hépatique.

L’ail, l’oignon, le citron et l’huile d’olive, pour ne citer qu’eux, sont intéressants et beaucoup utilisés en médecine ayurvédique. Ensuite, certains aliments activent les organes émonctoires :

  • Le pissenlit, le radis noir, l’artichaut, aident le foie.
  • Le pissenlit, le fenouil, les asperges aident les reins.
  • La plupart des fruits, les prunes et pruneaux, les graines de lin stimulent l’intestin.

Employez beaucoup d’épices telles que curcuma, thym, coriandre, poivre, basilic, ail, fenouil (herbes aromatiques). Elles nettoient et désinfectent l’intestin. Dans beaucoup de médecines traditionnelles, les épices piquantes et amères sont utilisées pour chasser les toxines du corps (gingembre, piment, gentiane, pissenlit, curcuma…). Il se trouve quelles sont justement riches en antioxydants et autres substances qui aident le foie dans ses phases de détoxication (on le sait aujourd’hui).

Un apport en eau supplémentaire est souvent conseillé pour aider les reins, ainsi qu’un rétablissement de l’équilibre acido-basique afin d’optimiser les réactions de détoxication hépatique. Choisissez donc des eaux alcalines (en dehors des repas pour ne pas diminuer l’acidité de l’estomac et son travail  digestif). Vous pourrez éventuellement prendre des sels alcalinisants (bicarbonates ou citrates par exemple) si votre pH est trop acide.

De même, un apport d’huiles riches en acides gras insaturés (oméga 3, 6, 9) favorise les échanges membranaires au niveau cellulaire, et donc l’élimination des toxines vers l’extérieur des cellules de nos tissus.

Les produits complémentaires pour la « détox »

Pour vous aider à éliminer vos toxines vous pouvez aussi faire une cure de compléments alimentaires naturels dits « détox ». Il en existe beaucoup sur le marché mais comment choisir le produit qui vous convient ? Le produit doit être adapté à votre cas, et stimuler vos organes d’élimination (ou émonctoires) qui en ont le plus besoin, pour évacuer vos toxines plus facilement.

Ces produits utilisent souvent les plantes détoxicantes et drainantes, certains acides aminés aidant le foie à détoxifier, et certains minéraux et vitamines utiles aussi au travail du foie.

Voyez maintenant les règles simples d’hygiène pour aider le corps à une détox naturelle

Bibliographie

  1. Cline JC.
    Altern Ther Health Med. 2015 May-Jun;21(3):54-62. Review.
    Nutritional aspects of detoxification in clinical practice.
  2. Kavanagh K, Wylie AT, Tucker KL, Hamp TJ, Gharaibeh RZ, Fodor AA, Cullen JM. Dietary fructose induces endotoxemia and hepatic injury in calorically controlled primates. Am J Clin Nutr. 2013 Aug;98(2):349-57
  3. Shriner RL.cExp Gerontol. 2013 Oct;48(10):1068-74. doi: 10.1016/j.exger.2012.12.005. Epub 2012 Dec 23. Review.
    Food addiction: detox and abstinence reinterpreted?
  4. Gramlich T, Kleiner DE, McCullough AJ, Matteoni CA, Boparai N, Younossi ZM. Pathologic features associated with fibrosis in nonalcoholic fatty liver disease. Hum Pathol. 2004 Feb;35(2):196-9.