les champignons contiennent du selenium

Le sélénium est surtout connu pour son rôle antioxydant depuis la célèbre étude SUVIMAX. Il est nécessaire à l’activation d’une enzyme antioxydante très importante (la glutathion peroxydase).

En fait, le sélénium est aussi utile à bien d’autres choses : formation des hormones thyroïdiennes, reproduction de notre ADN cellulaire, immunité…

Apports nécessaires en selenium

La dose de sélénium quotidiennement conseillée est de 55 µg pour un adulte. La FDA conseille 70µg et l’Institute of Medicine americain et le Roswell Park Cancer Institute dit que 200µg serait le meilleur apport pour prévenir certains cancers (prostate, poumons, colon). Il est donc possible, comme souvent, que nos doses d’apport soient sous évaluées.selenium

En cas de manque de sélénium chronique l’incidence de certains troubles pathologiques peut être augmentée: problèmes cardiovasculaires par artériosclérose, troubles de l’immunité, cancers, maladies inflammatoires, asthme, troubles de la spermatogénèse…

En cas d’excès :  généralement bien plus de 1000 µg par jour, des symptômes tels que chute de cheveux, ongles cassants, inflammations cutanées, fatigue, nausées, peuvent apparaitre. La surconsommation de sélénium pourrait aussi favoriser le diabète et l’hypercholestérolémie.

Pour être plus assimilable, en cas de complémentation, il doit être absorbé sous une forme organique (par exemple levures enrichies en sélénium, pollens…).

Utilisation médicale du sélénium

Il est employé notamment pour empêcher l’oxydation (en particulier les lipides sanguins) souvent associé aux vitamines E, A et C.

Ses indications les plus classiques sont la prévention des troubles liés à une détérioration des parois vasculaires (artérielles ou veineuses), la prévention du cancer (en particulier de la prostate) et dans l’asthme.

Dans quels aliments le trouver ?selenium2

C’est dans la noix du brésil qu’il est le plus abondant. Il est aussi très présent dans les coquillages, les champignons, les oeufs, les abats, les poissons, l’ail…
Les céréales complètes et les légumes peuvent être un bon apport (oignons, asperges, brocoli, tomates…) à condition qu’elles poussent sur des sols riches en sélénium.

En Europe, les apports sont en baisse depuis quelques décennies. Les céréales européennes sont moins riches en sélénium que celles du continent américain par exemple.