Fraises, raisin et chocolat

Peut-être avez-vous entendu parler des Sirtuines ou du régime « sirtfood », pour maigrir et lutter contre l’âge. Il est sensé activer ces fameuses sirtuines, découvertes assez récemment, et nommées par certains « protéines de longévité ».

Mais justifient-elles cette appellation ? et le régime sirtfood est-il bien pertinent ?

Les protéines sirtuines, c’est quoi ?

Les sirtuines sont des protéines (plus précisément des enzymes) fabriquées par notre corps sous l’influence de certains de nos gênes : Sirt1 à Sirt7 (7 gênes pour tous les mammifères, dont l’homme).

Elles agissent essentiellement en présence d’un coenzyme : le NAD+ (un dérivé de la vitamine B3), et sont impliquées dans divers processus biologiques cellulaires :

  • la production d’énergie,
  • la réparation des cellules et de leur ADN, l’autophagie,
  • la réponse au stress cellulaire,
  • l’apoptose (le suicide de nos vieilles cellules) et la sénescence cellulaire,
  • la sensibilité des tissus aux hormones,
  • la sécrétion et la sensibilité à l’insuline,
  • le fonctionnement du foie et sa régénération,
  • la combustion des graisses,
  • l’adaptation à la restriction calorique,
  • les processus d’inflammation et d’oxydation…

En ce qui concerne l’anti-âge, il apparait que, dans un environnement nutritionnel défavorable (comme la restriction calorique, ou une carence en certains nutriments, par exemple), les sirtuines déclenchent des fonctions particulières dans nos cellules, qui leur permettraient de survivre plus longtemps, jusqu’à retrouver des apports en nutriments « normaux ».

En fait, les études sur les organisme simples (comme des levures ou des vers) montrent généralement que la mise hors fonction des gênes Sirt raccourcit leur durée de vie alors que leur activation la rallonge. D’où l’intérêt que suscitent les sirtuines.

Les chercheurs se sont alors demandés s’il était possible d’activer ces fonctions par d’autres moyens. En particulier, différentes études ont montré qu’un apport en resvératrol pouvait y parvenir chez les souris (voir plus bas).

Rôle des sirtuines

Elles ont un rôle très important pour l’équilibre du métabolisme et de la production énergétique dans nos cellules. Certaines agissent d’ailleurs principalement dans nos mitochondries en diminuant les radicaux libres générés pendant cette production (sirtuines 3 à 5) (1). Elles augmentent également nos niveaux d’enzymes antioxydantes.

Les sirtuines favoriseraient la résistance au stress, la survie des neurones, et pourraient éviter la mort prématurée de cellules endommagées. Elles auraient ainsi un rôle protecteur dans les maladies neurodégénératives (2), et aussi un rôle bénéfique dans la prévention du diabète, des cancers et enfin, dans le vieillissement du corps.

Les effets connus des sirtuines

Pour faire simple, disons que ces enzymes sont impliquées dans la régulation des métabolismes des sucres et des graisses du corps, lorsque ceux-ci sont « brûlés » avec de l’oxygène, pour notre production énergétique (3). Notamment, les sirtuines interviennent ici en réduisant la production de radicaux libres dans nos mitochondries et les processus d’oxydation.

Depuis quelques années, on entend parler des sirtuines pour leur effet sur la longévité et contre les maladies liées au vieillissement telles que le cancer, la neurodégénérescence et les maladies cardiovasculaires. Il est vrai que chez l’animal, l’activation des sirtuines a donné des résultats très intéressants contre ces maladies (5)(11).

En fait, chaque sirtuine a une ou des fonctions particulières. Des expérimentations ont montré que des niveaux élevés de sirtuines permettaient d’allonger la durée de vie chez les souris, des vers, des levures… Elles pourraient aussi agir en stimulant nos fameuses cellules souches pluripotentes, notamment par le gêne SIRT6 (8)

En particulier, Sirt1 est activé pendant les périodes de restriction calorique et produit la sirtuine 1. Ceci a un effet ralentissant la voie métabolique de l’insuline et Igf1 (ou Insulin-like growth factor, le dérivé principal de l’hormone de croissance), liée au métabolisme des glucides. Au final, cela permet un gain de longévité de 30% dans les études sur les petits animaux.

On sait que Sirt2 est impliqué dans l’effet anti-prolifératif du resvératrol sur les cellules cancéreuses.

En élevant artificiellement les niveaux de sirtuines 6 chez des souris, par manipulation génétique, celles-ci vivent plus longtemps (7).

D’autre part, des chercheurs ont montré un ralentissement du vieillissement en activant le gêne Sirt2 chez les levures (3).

Peut-on activer nos sirtuines ?

Activateurs naturels

La restriction calorique aurait donc son effet bien connu sur la longévité (chez l’animal) en relation avec l’activation des sirtuines qu’elle entraîne (notamment la sirtuine 1).

Le jeune intermittent, en plus d’améliorer la sensibilité à l’insuline et la réparation de l’ADN, augmenterait l’activité des gênes sirtuines (6).

L’état de cétose (et la production de corps cétoniques) obtenus dans un régime pauvre en sucres (hypoglucidique : par exemple type Atkins, ou autres régimes cétosiques) ou lors d’un période de jeûne, est associé à une activité augmentée des sirtuines.

L’activité physique, en plus de son effet anti-inflammatoire général augmente Sirt1 (13).

L’exposition à la chaleur intense comme le sauna, par exemple irait dans le même sens.

Le resvératrol, en plus d’être un bon antioxydant, serait en particulier un des activateurs de Sirt1, ce qui expliquerait son action sur la longévité. Il stimule en particulier l’activité des mitochondries, qui a tendance à se réduire en vieillissant. Plusieurs études ont en effet montré un allongement de la durée de vie de souris en régime hypercalorique et supplémentées en resvératrol (9)(10)(14).

D’autres polyphénols comme la fisétine et la quercétine (connues pour être des sénolytiques), ainsi que la butéine, et le piceatannol auraient des effets similaires.

La mélatonine connue pour réguler le sommeil en va de même, et a démontré des effets anti-vieillissement.

Augmenter le NAD+ dans nos cellules avec du nicotinamide riboside ou du NMN (voir vitamine B3 et longévité), peut aussi activer les sirtuines (Canto et al., 2012; Yoshino et al., 2011).

La supplémentation en leucine augmente aussi Sirt1 chez les souris obèses soumises à un régime riche en graisses (Hongliang Li 2012).

Médicaments activateurs des sirtuines

Le resvératrol s’avère être, à ce jour, un des meilleurs activateurs de Sirt1. Ceci étant, les doses de resvératrol qui fonctionnent chez les souris, transposées à l’homme, s’avèrent très importantes. Aussi, les laboratoires d’étude cherchent des médicaments capables d’augmenter Sirt1 avec des doses plus faibles.

Pour le moment, pas de médicament miracle en vue.

Un régime sirtuines (sirtfood) pour rester en forme avec l’âge ?

Ceci étant, sans ôter les effets bénéfiques multiples démontrés par le resvératrol ou la restriction calorique, d’autres études modèrent (voire contredisent) certains des résultats vus plus haut. Il ne faut donc pas se précipiter ni classer les sirtuines comme la solution anti-vieillissement. (The controversial world of sirtuins Weiwei Dang 2012)

vin, noix et chocolatAttention encore aux effets de mode. Certains nutritionnistes ont même inventé le régime SirtFood qui activerait les sirtuines, pour aider à maigrir et pour vivre plus longtemps. Il est plutôt restrictif en calories (ce qui n’est pas étonnant quand on cherche à maigrir) et préconise des aliments dits « activateurs de sirtuines » comme certains agrumes, les brocolis, le vin rouge et le chocolat… Il peut paraitre intéressant mais il est difficile de dire si ce régime aura, sur l’humain, les mêmes effets que sur les levures. En tout cas, l’effet marketing est certain pour le moment.

Il faut donc encore du temps pour en savoir plus.

Les sirtuines sont bien impliquées dans les mécanismes du vieillissement cellulaire chez l’homme, tout comme dans des mécanismes protecteurs cellulaires permettant de lutter contre diverses maladies de dégénérescence.

Toutefois, certaines études se contredisent sur le rôle précis des sirtuines dans la restriction calorique. De plus, rien ne prouve que les améliorations de longévité enregistrées chez les vers ou les souris soient transposables à l’homme.

Ainsi, il parait encore prématuré de proposer une panacée pour la longévité basée sur l’activation des sirtuines.

Ne jetons pas toutefois, le bébé avec l’eau du bain. On sait maintenant que la voie des sirtuines fait bien partie des voies métaboliques qui influencent la longévité (ou le vieillissement), comme la voie de l’insuline/Igf-1, la voie mTOR, AMPK, FOXO, etc… Aussi, tout ce qui ira dans le sens de son activation devrait aller dans le sens de la santé et de la durée de vie. En fait, un peu d’observation nous montre que ce ce qui active les sirtuines ne leur est pas spécifique, et influence aussi, le plus souvent les autres voies métaboliques liées à la longévité. Un peu comme si les scientifiques découvraient progressivement différentes parties d’un même mécanisme protégeant la longévité.

De même, sirtuines ou pas, le resvératrol imite les effets de la restriction calorique, et ses effets protecteurs dans le vieillissement de l’homme ont étés démontrés maintes fois. Idem pour l’intérêt des polyphénols dans l’alimentation.

Finalement, l’activation des sirtuines s’obtient par des méthodes ou des substances qui sont déjà connues pour leurs effets améliorant la longévité. Alors, à ce jour, sans aller jusqu’à adopter un hypothétique régime « spécial sirtuines », sans vraiment miser sur le vin, qui apporte en fait de faibles doses de resvératrol, la variété dans les fruits et légumes frais, colorés et de qualité, l’alimentation légère et les jeunes intermittents, l’exercice et une bonne hygiène de vie en général, restent des valeurs sûres.

1. Wen Yang, … Marcia C. Haigis, in Introductory Review on Sirtuins in Biology, Aging, and Disease, 2018

2 . Jęśko H, Wencel P, Strosznajder RP, Strosznajder JB. Sirtuins and Their Roles in Brain Aging and Neurodegenerative Disorders. Neurochem Res. 2017;42(3):876–890. doi:10.1007/s11064-016-2110-y

3 . Sirtuins as regulators of metabolism and healthspan. Nature Reviews, Molecular Cell Biology, 13, 225-238, 2012.

4 . Calorie restriction as an intervention in ageing. The Journal of Physiology.

5 . Sirtuin activators mimic caloric restriction and delay ageing in metazoans. Nature, 430, 686-689 ; 2004.

6 . Intermittent Fasting and Longevity – Updated Jul 10, 2016 – Robert Chen

7 . Nature. 2012 ; 483(7388):218-21. The sirtuin SIRT6 regulates lifespan in male mice.

8 . J Biol Chem. 2013 Jun 21 ;288(25):18439-47. 2013. The role of SIRT6 protein in aging and reprogramming of human induced pluripotent stem cells.

9. Baur JA, Pearson KJ, Price NL, et al. Resveratrol improves health and survival of mice on a high-calorie diet. Nature 2006; 444 : 337–42.

10. Lagouge M, Argmann C, Gerhart-Hines Z, et al. Resveratrol improves mitochondrial function and protects against metabolic disease by activating SIRT1 and PGC-1alpha. Cell 2006; 127 : 1109–22.

11 . Sirtuins in aging and disease. Guarente L. – Cold Spring Harb Symp Quant Biol. 2007 ;72:483-8.

12. Duan, W. (2013) ‘Sirtuins: from metabolic regulation to brain aging’, Frontiers of Aging Neuroscience.

13. Csiszar, A. et al (2009) ‘Anti-oxidative and anti-inflammatory vasoprotective effects of caloric restriction in aging: role of circulating factors and SIRT1’, Mechanisms of Ageing and Development, Vol 130(8), p 518-527.

14. Ramis, MR. et al (2015) ‘Caloric restriction, resveratrol and melatonin: Role of SIRT1 and implications for aging and related-diseases’, Mechanisms of Ageing and Development, 146-148:28-41.