Bonzai de longue vieUne étude réalisée à Osaka au Japon, a testé divers médicaments sur des vers, en laboratoire, afin d’en connaître l’effet sur leur longévité. Or, un produit utilisé classiquement depuis plus de 50 ans contre l’hyper-tension artérielle (le métolazone, un produit diurétique) aurait permis de rallonger la durée de vie de ces vers d’environ 30%.

En fait, ce médicament stimulerait un des mécanismes de la réparation cellulaire (comme l’autophagie), qui agit plus précisément au niveau de leurs mitochondries : des composants de nos cellules, sorte de petites ‘chaudières’ (quelques centaines par cellule) produisant l’énergie nécessaire à leur fonctionnement, en brûlant des nutriments avec de l’oxygène. Celles ci ont tendance à diminuer en nombre, à se détériorer, et à moins bien fonctionner avec l’âge.

Pour les curieux, le processus de réparation des mitochondries activé dans cette expérience s’appelle « la réponse protéique dépliée mitochondriale (UPRmt) ».

Il reste maintenant à voir si ce médicament peut avoir un effet similaire chez l’homme. L’avantage, ici, est qu’il s’agit d’un médicament déjà sur le marché et dont les effets à long terme sont assez bien connus.