Augmenter sa libido pour vivre plus longtemps

Accueil/Autres traitements anti-âge, Forme mentale et physique, Terrain hormonal/Augmenter sa libido pour vivre plus longtemps
couple dans un lit

Conserver la libido et une activité sexuelle régulière est aussi facteur de longévité. La médecine ayurvédique enseigne depuis longtemps qu’une sexualité épanouie est bon pour la santé. La tradition indienne est également bien documentée en la matière avec son célèbre Kamasutra. Des études scientifiques ont, depuis, vérifié ces faits.

Par exemple, en 2007, au Royal Edinburgh Hospital, on a démontré que l’activité sexuelle régulière pouvait ralentir le vieillissement. Les participants de l’étude dont la sexualité était plus intense paraissaient plus jeunes que leur âge. En fait, l’action « rajeunissante » viendrait des hormones produites en quantité lors de l’acte sexuel, principalement : ocytocine, sérotonine et dopamine.

En 2017, il est montré quels sujets d’âge mur ayant plus de rapports sexuels ont de meilleures performances cérébrales (1).

Age et sexualité

La détérioration de la sexualité n’est pas une fatalité liée à l’âge. Il est normal que l’activité sexuelle soit moins intense à 60 ans qu’à 20 ans mais des personnes en bonne santé peuvent avoir des relations de couple tout à fait satisfaisantes, et pour longtemps.

En fait, la production d’hormones sexuelles baisse avec l’âge. Ceci peut entrainer une diminution du désir et donc de la fréquence des rapports. De plus, certains troubles de la santé peuvent apparaitre et avoir une influence négative sur la sexualité :
– Diabète et obésité
– Hyperlipidémies (trop de graisses dans le sang)
– Hypertension artérielle et artériosclérose
– Maladie neurologiques : dépression, Parkinson, neuropathies…
– Sédentarité et manque d’exercice physique, etc…

Certes, la libido est en partie issue du cerveau, de nos pensées, désirs et fantasmes. Il est évident que ses ennemis sont l’excès de stress, le surmenage et la fatigue accumulée. Il faudra les éviter. De même, les affections psychologiques telles que l’anxiété et la dépression sont à traiter avant toute chose.

Ceci étant, la libido dépend aussi de notre corps, notamment de notre fonction hormonale. C’est aussi un signe de bonne santé générale.

Pour augmenter le désir et améliorer la sexualité, on cherche, chez l’homme comme chez la femme, à augmenter le flux sanguin dans les parties génitales ainsi que les taux de testostérone* sanguine et de dopamine* dans le cerveau. Nous allons donc voir différents moyens qui peuvent y contribuer.

Les aliments de la libido

Tout d’abord, il faut privilégier les aliments à index glycémique faible. En effet, les sucreries et autres glucides à fort index glycémique perturbent votre forme hormonale et favorisent la glycation, elle même détériorant vos vaisseaux sanguins.

Manger de « bonnes graisses » est important car elles servent à fabriquer nos hormones sexuelles. Il s’agit des graisses insaturées mais une ration modérée de graisses saturées et stables en cuisson comme la graisse de coco par exemple, est utile. On trouve de bonnes graisses dans les graines, oléagineux et huiles pressées à froid. Pour les graisses animales, il s’agit des graisses de poisson mais aussi celles des bovins de pâturage, oies et canards de la ferme, des oeufs bios…

Sans en détailler ici les mécanismes exacts, voici des aliments qui sont connus pour favoriser l’activité sexuelle :

  • fruits de mer, saumon, huitres
  • banane,fruits de la passion
  • céleri, graisse de coco, chou frisé, épinards, haricots
  • poivre, gingembre, ail…

Leurs actions sont similaires à celles des plantes citées plus bas.

Avoir les bons nutriments

Pour que tout fonctionne, il faut veiller à ne manquer d’aucun nutriment essentiel et en particulier : le zinc, le magnésium, les vitamines E, A, D, B6, qui sont importants dans le métabolisme des hormones sexuelles.

Hormones et sexualité

La DHEA

La production de DHEA (qui est un précurseur de la testostérone) baisse avec l’âge. Si votre taux est trop bas, la prise de DHEA pourrait améliorer votre libido. Notons néanmoins que ceci a surtout été démontré pour les femmes.

Faire baisser le cortisol

Trop élevé, c’est un frein pour la sexualité. Il augmente en situation de stress. Le stress chronique est hélas de nos jours très fréquent et ses méfaits sont souvent ignorés. Le sommeil, les loisirs et la gestion du stress (ou la relaxation) seront donc bienvenus.

La fameuse testostérone

C’est l’hormone de la puissance sexuelle. Classiquement connue comme « hormone mâle », elle est produite chez l’homme comme chez la femme. La différence est qu’elle se transforme rapidement et majoritairement en oestrogènes chez la femme mais très peu chez l’homme. Dans les deux sexes, elle stimule la libido.

Les plantes du désir

Elles sont quasiment innombrables dans les médecines traditionnelles. Voici celles dont l’action a été confirmée par des études scientifiques (liste non exhaustive) :

mucuna pruriens qui stimule la production de dopamine
– la chrysine des fruits de la passion (plus efficace quand elle est absorbée avec la pipérine du poivre) a une action anti-aromatase* qui empêche la testostérone de se transformer en oestrogènes
– l’ortie a la même propriété. De plus, en se liant à la protéine qui la transporte dans le sang (la SHBG), elle favorise l’augmentation du taux de testostérone libre. Or, c’est cette forme libre de l’hormone qui est active.
– l’avénine contenue dans l’avoine, se lie aussi à la SHBG et favorise le taux de testostérone libre sanguine.
– le tribulus, l’ashwaganda, le ginseng, le gingembre, le tongkat ali, l’épimedium, la lunasia, pimpinella alpina… sont d’autres plantes utilisées traditionnellement et dont les effets ont été démontrés. Certaines d’entre elles ont une efficacité comparable au Viagra°.

L’homéo-organothérapie

Selon la pratique de l’organothérapie, les basses dilutions de Testostérone (4CH) stimuleraient sa production. Dans le même esprit, on peut utiliser Cortisol en haute dilution (9CH) à l’inverse, pour freiner sa production.
L’homéopathie peut aussi combattre la perte de libido avec des remèdes comme Lachesis, Lycopodium, Sepia, Nepenthes mais il s’agit là de remèdes s’adressant à des types de personnes bien définis que seul un homéopathe peut bien reconnaitre.

Les autres substances

Le resvératrol antioxydant bien connu a aussi un effet anti-aromatase.

L’acide aminé arginine favorise la libération d’oxyde nitrique (NO) dans le sang qui est un puissant dilatateur des vaisseaux sanguins. Elle peut être associée à d’autres vasodilatateurs naturels comme le gingko biloba, la yohimbine…

Evitez les perturbateurs hormonaux

Il s’agit surtout des substances ayant un effet oestrogénique et qui rendent les hommes infertiles comme on le sait (antibiotiques, pesticides, matières plastiques, etc…).
Certains légumes comme les choux et brocolis aident à éliminer l’excès d’oestrogènes (ou de xénoestrogènes venant de polluants) (4). Pour en savoir plus voyez : les perturbateurs endocriniens.

Certains médicaments peuvent entraîner une baisse de la libido. C’est surtout le cas d’antidépresseurs, de neuroleptiques, d’antihypertenseurs, d’anticonvulsivants, du finastéride, etc…

L’allopathie

Le Viagra®, connu pour favoriser l’érection chez les hommes, fonctionne en augmentant la production d’oxyde nitrique (NO), lui-même favorisant la dilatation des vaisseaux dans les parties génitales. Citons ici d’autres spécialités similaires comme le Cialis°, le Lévitra°… Ces médicaments ont des effets secondaires non négligeables car la vasodilatation n »est pas toujours limitée aux parties sexuelles. Notez qu’ils n’ont pas vraiment d’action sur le désir (contrairement à votre testostérone et à votre dopamine).

Les marmas ou points sacrés

Il existe des zones réflexes sur le corps appelées « marmas » en médecine ayurvédique. Ils correspondent en général à des points d’acupuncture. Certains sont traditionnellement réputés pour augmenter la libido et la circulation du sang dans les parties génitales de l’homme ou de la femme.

Pour avoir cet effet, il faut les stimuler, par exemple en les massant pendant 2 à 3 minutes. Voici les emplacements des plus connus :

cheville    point sous le nombril

  • sur la cheville, à égale distance entre le sommet de la malléole interne et le bord du tendon d’Achille
  • sous le nombril sur la ligne médiane à 4 travers de doigts (de la personne) en dessous
  • points des trous sacrésdans le bas du dos, sur l’épine (la bosse) de la 2° vertèbre lombaire
  • sur le sacrum : les 4 trous du sacrum de chaque côté de la ligne médiane (soit 8 trous sacrés)

Exercice et posture augmentent la testostérone

Pour les adeptes du fitness et de la musculation, il faut soulever lourd et faire des entrainements courts pour élever cette hormone. De même, les sprints et l’exercice fractionné améliorent cette fonction.

Rappelons au passage que l’exercice fait également produire de l’hormone de croissance dont on connait les effets contre le vieillissement.

Il a aussi été démontré qu’une attitude adaptée (par exemple : posture du vainqueur, les bras en l’air) peut à elle seule faire monter le taux de testostérone. Voyez les explications dans cette vidéo :

Pour conclure

Voici donc de quoi stimuler votre libido et la maintenir longtemps pour améliorer votre longévité (et votre qualité de vie). N’oubliez pas que, comme en sport, une activité régulière est souhaitable pour maintenir cette fonction.

Ceci étant, il va de soi que notre mental, s’il est bien disposé, va grandement influencer notre libido. Evitez donc aussi la routine et n’oubliez pas ces ingrédients : du piment dans la vie, la complicité, la nouveauté et… l’amour.

  1. Frequent Sexual Activity Predicts Specific Cognitive Abilities in Older Adults – Hayley Wright – Rebecca A. Jenks – Nele Demeyere – J Gerontol B Psychol Sci Soc Sci gbx065
  2. Faire souvent l’amour permet aussi de rallonger son espérance de vie. Le Monde
  3. Sex is the secret to looking younger, claims researcher. The Telegraph
  4. Michnovicz JJ, et al., Changes in levels of urinary estrogen metabolites after oral indole-3-carbinol treatment in humans. J Natl Cancer Inst. 1997 May 21; 89(10):718-23).

2 Commentaires

  1. Marisa 13/07/2017 à 13 h 35 min␣- Répondre

    Mais, sans etre pour autant portée sur les jeunes, il est quand meme difficile d’avoir du désir quand on ne se trouve pas attirante, une peau fripée c’est assez dégoutant, personnellement j’ai honte de la mienne devant mon compagnon qui pourtant me trouve superbe et ça me bloque, d’autant que je ne peux pas m’empecher de trouver ça assez dégoutant, une activité sexuelle à ces âges là :/ si encore on avait l’aspect d’une personne de 40 ans, mais 50, 60 c’est asez vieux, quand meme , je trouve ça un peu… anormal. A moins peut etre d’avoir gardé beaucoup de sentiments mais ça ne peut pas etre pareil qu’à 30 ou 40 ans sur le plan physique et vraiment un corps vieillissant ce n’est pas très glamour ni sensuel.

  2. Lili 19/07/2017 à 13 h 27 min␣- Répondre

    Heu.. merci mais je préfère courir 30 mn par jour 😀

Laisser un commentaire

J'accepte de recevoir la lettre d'infos mensuelle ou bien j'y suis déjà abonné(e).