Avoir de bonnes relations rallonge la vie

Accueil>Forme mentale et physique>Gestion du stress>Avoir de bonnes relations rallonge la vie
coeur dans la main

Les sciences humaines s’appliquent à démontrer que les interactions sociales sont importantes pour l’homme. Mais depuis peu, c’est la recherche scientifique qui vient corroborer les données empiriques et fait même des relations sociales un des éléments clés permettant l’allongement de la durée de vie.

« L’homme est un être sociable, la nature l’a fait pour vivre avec ses semblables »: Aristote. Il faut croire que le philosophe grec avait déjà raison.

C’est l’empathie qui marche le mieux

Dans nos sociétés occidentales, tout pousse à l’individualisme, la compétition et l’enrichissement personnel, bien souvent au détriment d’autrui. Mais sommes-nous plus heureux pour autant ? La réponse n’est pas évidente lorsqu’on sait qu’en France, 5 millions de personnes souffrent de la solitude chaque année. C’est la constatation d’un fait qui augmente avec l’âge.

Voilà pourquoi, des psychologues de l’Université de Würzburg et de l’institut Max Planck à Leipzig (Allemagne) se sont penchés sur l’étude des comportements prosociaux. La pro sociabilité désigne l’ensemble des comportements qui visent à aider, soutenir ou améliorer le bien-être physique, social ou psychologique de l’autre. Une attitude qui passe bien souvent par l’empathie ainsi que le don, le partage ou encore la coopération.

L’étude publiée dans Scientifics Reports, montre que la pro sociabilité est malléable et peut faire l’objet d’entrainements au quotidien. Ceci permettrait à l’homme d’acquérir plus facilement un comportement bienveillant à l’égard d’autrui, garant d’un lien social bien fondé.  Ce même lien social favorise largement la santé et la longévité comme nous le verrons.

Voici l’étude : les scientifiques ont rassemblé un groupe de participants qu’ils ont soumis à des exercices d’entraînement mental :

  • Le premier développait un état de conscience ancré dans l’instant par le biais des sensations corporelles.
  • Le deuxième, des compétences d’ordre socio-affectives comme la compassion, l’empathie ou encore la gratitude.
  • Le troisième s’attardait plus sur les compétences cognitives de la personne et sa capacité à comprendre le point de vue de l’autre.

Au terme de cette étude, les chercheurs ont démontré que seul le module n°2 (« empathie/compassion ») permettait aux participants d’adopter un vrai comportement altruiste (visant à améliorer le bien-être d’autrui). D’une manière générale, ils étaient plus généreux et plus attentifs à la personne en face d’eux.

Les liens sociaux pour mieux conserver la santé

Adopter un comportement pro social peut donc s’apprendre, mais également s’oublier. D’où l’importance d’entretenir des relations de qualité avec son entourage pour favoriser des liens durables qui peuvent avoir de sérieuses conséquences sur notre état de santé.

C’est en tout cas ce que tend à démontrer une étude américaine publiée dans la revue Proceeding of The National Academy of Sciences. Les chercheurs voulaient mettre en avant l’impact des liens sociaux sur le maintien la santé tout au long de la vie. En effet, pour eux, plus les liens établis sont précoces et meilleur sera l’état de santé.

Ils ont ainsi pu démontrer qu’au début et à la fin de la vie, les interactions sociales étaient beaucoup plus importantes. Dans le cas de l’adolescent comme dans celui de la personne âgée, l’isolement et la solitude seraient des facteurs de risques entraînant des mécanismes inflammatoires. Les risques sont accrus vers la fin de la vie et peuvent être dangereux pour la santé, plus que le diabète ou l’hypertension artérielle. « La relation entre la santé et le degré auquel les gens sont intégrés dans les grands réseaux sociaux est la plus forte au début et à la fin de la vie ».

En utilisant des données récoltées par quatre enquêtes nationales et couvrant la durée de la vie des personnes étudiées, ils ont évalué trois dimensions des relations sociales :

  • l’intégration sociale
  • le soutien social
  • la contrainte sociale.

Ils ont ainsi mis en évidence que les relations sociales jouent un rôle dans l’obésité abdominale, l’inflammation, l’hypertension artérielle, les maladies cardiaques, les AVC et les cancers. « Au fil du temps, le manque d’interaction peut conduire à des maladies chroniques du vieillissement. Le cancer est un exemple de premier plan… » déclarent les chercheurs. Ils ajoutent que leurs différentes analyses devraient susciter plus d’attention de la part des professionnels de la santé.

Une bonne vie sociale fait vivre plus longtemps

Les faits

Au final, les gens qui ont de bonnes relations sociales et sont bien entourés vivent plus longtemps et en meilleure santé. Ce sont des évidences désormais reconnues par la communauté médicale.

C’est également le constat de Julianne Holt-Lundstad, auteure principale d’une étude menée par les universités de Brigham Young et de Chicago qui a fait, une fois de plus, la corrélation entre longévité et vie sociale. Publiée dans « Plos Medicine », elle rassemble 148 rapports sur la santé et les relations sociales impliquant plus de 300 000 personnes. Les résultats montrent qu’en moyenne, une vie sociale riche augmente l’espérance de vie de 50 %. Et même de 60 % chez certaines personnes favorisant le soutien social (personnes sur qui on peut compter) et l’intégration sociale (interactions sociales fréquentes). Des chiffres incroyables !

Une vie sociale épanouie serait donc un facteur primordial pour accroître la longévité. Encore plus fort : ce serait plus efficace que la pratique d’un sport, ou l’arrêt du tabac ou de l’alcool ! « Ces résultats indiquent que l’influence des relations sociales sur le risque de décès est comparable à des facteurs de risque de mortalité bien établis, tels que le tabagisme et la consommation d’alcool, et dépasse l’influence d’autres facteurs de risque, tels que l’inactivité physique et l’obésité… ». 

Comment les liens sociaux augmentent la longévité

D’un point de vue physiologique, les interactions sociales favorisent la production de neurotransmetteurs qui augmentant la confiance en soi et la sensation de bien-être. Ceci est notamment dû à la production d’ocytocine (hormone du lien social et de l’attachement) et de la dopamine (neurotransmetteur du plaisir et de la récompense) qui permet la diminution de l’hormone du stress (cortisol).

Pour les chercheurs, plusieurs pistes peuvent également expliquer ces résultats. Au-delà d’enrichir ses connaissances, de remonter le moral et de partager de bons moments avec autrui, la présence d’un proche peut également inciter à prendre soin de soi. Des circonstances qui « obligent » d’une certaine manière à se fixer des objectifs journaliers et qui maintiennent la personne âgée en alerte. « Quand quelqu’un est connecté à un groupe et se sent responsable pour d’autres personnes, cela se traduit par ce sentiment des responsabilités et la volonté de mieux prendre soin de soi et d’éviter les risques » explique Julianne Holt-Lundstad.

Par ailleurs, l’entourage est également susceptible de mieux détecter d’éventuels problèmes de santé et favorise donc, une prise en charge plus rapide.

Les effets du « vivre ensemble » sur l’organisme

Se savoir bien entouré limite les effets du stress

Afin de corroborer ces découvertes récentes, d’autres études ont vu le jour. L’une d’entre elles, notamment, confirme l’importance des relations sociales et de l’entourage dans des situations stressantes. En effet, lorsque nous sommes accompagnés d’un proche, notre pression artérielle et notre fréquence cardiaque ont tendance à moins augmenter qui si nous étions seuls. Des observations mises en évidence par l’imagerie cérébrale qui montre une réaction activée dans le cortex cingulaire pour une personne seule et atténuée pour une personne accompagnée. Des résultats similaires ont également été observés chez les enfants autorisés à parler avec leur mère après une rencontre stressante.

Notre vie sociale renforce nos défenses immunitaires

Enfin, l’une des expériences les plus célèbres sur la vie sociale et la santé, menée par Sheldon Cohen de l’Université de Carnegie Mellon, montre que les participants ayant développé de forts liens sociaux ont plus de facilité à lutter contre la maladie. L’étude consistait à exposer des centaines de personnes saines au virus du rhume. Après plusieurs jours de quarantaine, celles avec beaucoup d’amis montrent un système immunitaire plus actif que celles qui sont seules.

Les populations riches en centenaires ont une vie sociale heureuse

Dans les fameuses « zones bleues », ces régions du monde où l’on trouve des communautés qui abondent en centenaires et qui vivent en meilleure santé que la moyenne (comme Okinawa par exemple), on retrouve un tissu social fort et riche d’échanges.

La personne qui vieillit continue souvent de travailler (à un rythme plus lent), ce qui maintient les relations avec les autres. Les liens familiaux sont plus soudés et les personnes âgées ne sont pas exclues du groupe. C’est une preuve de plus de l’importance du côté relationnel dans la longévité.

Comment entretenir une vie sociale et des liens

Jusqu’à présent, le manque de données scientifiques sur le sujet, n’autorisait pas les médecins à mettre l’accent sur l’importance du soutien social comme un facteur de bonne santé, au même titre que l’arrêt du tabac ou la pratique sportive régulière. Maintenant, les preuves récentes devraient sensibiliser les professionnels de la santé ainsi que le grand public sur la question.

D’ores et déjà, les chercheurs mettent l’accent sur l’importance d’entretenir un environnement social tout au long de notre vie. Comme évoqué plus haut, ce n’est pas tant la quantité que la qualité qui prime dans l’entourage. Pour cela, voici ce qui serait important de faire dans sa vie :

  • Entretenir nos relations au quotidien, qu’elles soient familiales ou amicales, et y être actif (proposer des sorties, des évènements, des rencontres…)
  • Apporter un soutien social aux autres et donc s’exercer à un comportement pro social
  • Être vraiment présent dans les relations humaines et savoir faire abstraction des sollicitations qui nous entourent (travail, ordinateur, télévision…)
  • Développer son sens tactile (le toucher) qui permet de renforcer le sentiment de bien-être et l’estime de soi
  • Aller à la rencontre des autres pour élargir son cercle d’amis
  • Cultivez les sentiments de gratitude et de reconnaissance pour habituer notre cerveau à s’arrêter sur les choses positives de la vie. L’exprimer à nos proches permet de renforcer les liens qui nous unissent à travers les émotions partagées.

« On n’a pas le temps, si brève est la vie, pour les chamailleries, les excuses, l’animosité, les appels à rendre des comptes. On n’a que le temps pour aimer et pas un instant de plus, pour ainsi dire, que pour ça » – Mark Twain

Avec la collaboration de Claire Joinier

  1. Anne Böckler, Anita Tusche, Peter Schmidt & Tania Singer. Distinct mental trainings diferentially afect altruistically motivated, norm motivated, and self-reported prosocial behaviour. 10 09 2018. https://jimmybraun.org/wp-content/uploads/2018/10/s41598-018-31813-8.pdf.
  2. Holt-Lunstad, J. Birmingham, W.A. & Light K.C. «Influence of a warm touch support enhancement intervention among married couples on ambulatory bood pressure, oxytocin, alpha maylase and cortisol.» Psychosomatic medicine, 2008: 976-985.
  3. Holt-Lunstad, J.Smith, T.B. & Layton J.B. «Social relationships and mortality risk : a meta-analitic review .» Plos medicine, 2010.
  4. HuffPost. 5 millions de Français sont en situation de solitude en 2016. 5 12 2016. https://www.huffingtonpost.fr/2016/12/05/5-millions-de-francais-sont-en-situation-de-solitude-en-2016_a_21620571/.
  5. Waldinger, Robert. « Robert Waldinger: Qu’est-ce qui fait une vie réussie ? Leçons de la plus longue étude sur le bonheur » . s.d. https://www.ted.com/talks/robert_waldinger_what_makes_a_good_life_lessons_from_the_longest_study_on_happiness?language=fr.
  6. Yang Claire Yang, Courtney Boen, Karen Gerken, Ting Li, Kristen Schorpp, Kathleen Mulan Harris. Social relationships and physiological determinants of longevity across the human life span. 4 juin 2016. http://www.pnas.org/content/113/3/578.

Un commentaire

  1. ode 06/12/2018 à 14 h 05 min ␣- Répondre

    merci! article intéressant, et logique

Laisser un commentaire

J'accepte de recevoir la lettre d'infos mensuelle ou bien j'y suis déjà abonné(e).