Votre intestin est-il devenu une passoire ?

L'intestin microporeux (« leaky gut syndrome »)

Accueil>Digestion-assimilation, Problèmes et maladies liés à l'âge>Votre intestin est-il devenu une passoire ?
Intestin poreux ou leaky gut

Dans certaines circonstances, et aussi avec l’âge, votre intestin peut devenir comme « multi-perforé » (‘leaky gut’ en anglais). Il laisse alors passer des particules d’aliments insuffisamment digérées ou encore des fragments de bactéries, vers la circulation sanguine.  C’est l’origine de nombreux problèmes de santé.

Ces particules vont entrainer des réactions immunitaires et/ou inflammatoires au niveau de la muqueuse de l’intestin mais aussi dans le sang et avoir des répercussions dans tout le corps. En effet, ces particules vont se comporter comme des corps étrangers qui vont solliciter notre immunité. Notre organisme va utiliser son énergie à fabriquer des anticorps pour s’en protéger, avec plus ou moins de succès.

Quand notre intestin devient trop perméable

Une seule couche de cellules constitue la muqueuse intestinale. Normalement, celles-ci  sont bien « collées » par des protéines de notre corps pour maintenir une véritable barrière intestinale, efficace bien qu’extrêmement fine. Certaines substances (comme la fameuse Zonuline découverte en 2000) sont capables de détruire tout ou partie de ces protéines et des espaces apparaissent alors entre les cellules. La barrière est ouverte.

muqueuse_intestin

Pour information, il a été montré que la gliadine du blé (protéine du gluten) pouvait entraîner la libération de Zonuline par les entérocytes (cellules de la muqueuse intestinale), dans une étude italienne de 2003 (1).

Un manque d’irrigation sanguine au niveau de l’intestin peut aussi entrainer de la porosité. Par exemple, lors d’effort important tel qu’une heure à 80% de sa capacité respiratoire maximale (VO2), l’intestin devient mal irrigué car le corps utilise préférentiellement le sang pour ses muscles. Il peut alors devenir microporeux comme cela est classique chez les marathoniens (2).

Ces troubles de la perméabilité intestinale, encore peu connus par de nombreux médecins, sont souvent le point de départ de diverses maladies sérieuses voire graves. On le sait aujourd’hui. Par exemple, des liens très forts ont été observés avec des maladies auto-immunes comme la polyarthrite, le diabète de type 1, la maladie coeliaque…(3)(4)

Qu’est ce qui peut rendre l’intestin poreux ?

Les différentes causes favorisant ce syndrome du « leaky gut » sont souvent les mêmes qui donnent un déséquilibre de la flore digestive, en particulier :

  • whiskyl’absorption de produits toxiques, d’alcool et de certains médicaments comme les anti-inflammatoires, les chimiothérapies…
  • l’irritation de la muqueuse de l’intestin par des substances indigestes mal tolérées contenues dans certains aliments (en particulier les anti-nutriments, lectines, saponines… des céréales et graines non préparées)
  • l’inflammation créée par des infections bactériennes, mycosiques…, ou par des réactions allergiques digestives
  • certaines carences en nutriments : en zinc, vitamine A, oméga 3…
  • des déséquilibres de la flore bactérienne intestinale (5)
  • le stress psychique ou physique (il a été démontré que le stress mental tout comme les efforts violents trop prolongés pouvait augmenter l’espace intercellulaire de la muqueuse intestinale)
  • l’avancée en âge…

Pourquoi c’est important à savoir

Cet état de « leaky gut » est le plus souvent permanent. Il entraîne, sans que l’on s’en rende vraiment compte, de l’inflammation chronique, puis de la fatigue qui rend la digestion difficile. C’est un cercle vicieux. Du fait de notre mode de vie moderne, il est assez répandu.

Les troubles digestifs associés à l’intestin microporeux ne sont pas vraiment spécifiques d’autant plus que l’on considère de nos jours (à tort) les gênes digestives comme plus ou moins normales. En réalité, une bonne digestion, avec un tube digestif en bonne santé, ne doit pas nous gêner mais nous laisser en forme.

Une mauvaise digestion persistante n’est généralement pas due à une seule cause mais à un ensemble dont l’intestin microporeux fait partie. Très souvent les troubles intestinaux sont associés à de mauvaises sécrétions des sucs digestifs (foie et pancréas), un manque d’acidité de l’estomac, la colon et intestin grêleprolifération bactérienne excessive dans l’intestin grêle, un transit trop lent à cause de la fatigue générale, etc…

En médecine ayurvédique, on parle de « feu digestif » insuffisant, qui transforme mal les aliments et laisse trop de déchets dans le corps. Le corps ne tire alors pas assez d’énergie de ses aliments et les déchets toxiques vont amener la maladie. Il est intéressant de constater que cette vision globale, tout comme celle de la naturopathie, se vérifie aujourd’hui par la science. On redécouvre aujourd’hui des traitements similaires : hygiène alimentaire, choix des aliments, vertus de certaines plantes… et une approche préventive dans la maladie et le vieillissement qui manque encore dans notre médecine occidentale moderne.

Pourriez-vous avoir un intestin microporeux ?

Comme nous l’avons dit, les troubles ressentis sont peu spécifiques. Néanmoins, si l’on en présente un certain nombre, on peut se poser la question et prendre alors l’avis d’un thérapeute compétent. Il pourra éventuellement pratiquer des examens complémentaires.

Voici une liste non exhaustive :

  • manque d’énergie générale, fatigue permanente
  • mauvaise digestion : éructations, reflux acides, ballonnements, diarrhée ou constipation opiniâtres, douleurs au ventre après manger
  • intolérances ou allergies à certains aliments
  • démangeaisons de peau générales, eczémas, rosacée, psoriasis
  • allergies respiratoires ou autres
  • difficultés à prendre du poids ou à en perdre
  • troubles de l’humeur permanents (sensation de brouillard mental, difficultés de concentration, états anxio-dépressifs mal expliqués…)
  • douleurs diffuses, multiples, articulaires ou tendineuses
  • maladie auto-immune connue (telle que polyarthrite, lupus, thyroïdite de Hashimoto, maladie coeliaque, etc…)
  • maladie inflammatoire connue de l’intestin (maladie de Crohn, ulcérations coliques, diverticulite…).

Quel traitement en cas d’intestin microporeux ?

Il n’existe pas « un » mais « des » traitements, tout comme il existe un ensemble de causes ou facteurs favorisants.

La nutrition joue un rôle primordial. Elle devra éviter les substances irritantes ou allergisantes pour la muqueuse intestinale mais aussi (au moins pendant quelques mois) les aliments difficiles à digérer :

  • riches en protéines mal tolérées: gluten, caséine, lectines, saponines…
  • riches en sucres complexes difficiles à digérer.

Il s’agit, en gros, de l’alcool, des céréales, des laitages, des graines et noix non trempées, légumineuses, légumes très riches en amidon (farineux), etc…

Certaines substances aident la réparation de la muqueuse comme : la glutamine, le butyrate… Des antioxydants peuvent aussi être utiles.  Les enzymes digestives (et les produits fermentés qui en contiennent : kéfir, miso, tempeh, choucroute, kombuchu…)  peuvent avoir leur place ici, surtout qu’elles sont moins bien fabriquées par les organes digestifs quand l’âge avance.

Les probiotiques sont également intéressants pour rééquilibrer la flore intestinale, le plus souvent perturbée en cas de porosité intestinale.

Nous ne ferons pas un chapitre sur le traitement du leaky gut ici mais dans un futur article. Notons juste que certaines plantes ont des propriétés « imperméabilisantes » sur la paroi intestinale. Citons en particulier : l’aloe vera, le ginkgo biloba, le thé vert, la réglisse… Elles sont bien connues en médecine ayurvédique.

Pour conclure

Il s’agissait ici de vous éclairer sur l’existence de l’intestin microporeux afin de bien garder à l’esprit son importance et la façon dont il peut s’installer insidieusement pour rester méconnu.

Comme toujours, c’est un ensemble de causes favorisantes qui conduisent à la porosité intestinale. Celle-ci fait généralement partie d’une mauvaise digestion globale avec une mauvaise production d’acide chlorhydrique de l’estomac et d’enzymes digestifs. Des toxines excessives peuvent alors encrasser l’organisme et l’assimilation des nutriments devenir insuffisante.

Le plus souvent, ces causes sont améliorables par des corrections simples de l’hygiène de vie. Il n’y a plus qu’à s’y tenir…

1. Early effects of gliadin on enterocyte intracellular signalling involved in intestinal barrier function. Clemente MG1, De Virgiliis S, Kang JS, Macatagney R, Musu MP, Di Pierro MR, Drago S, Congia M, Fasano A. Gut. 2003 Feb;52(2):218-23.

2. Exercise, intestinal barrier dysfunction and probiotic supplementation. Lamprecht M1, Frauwallner A. Med Sport Sci. 2012;59:47-56. doi: 10.1159/000342169. Epub 2012 Oct 15.

3. Leaky gut and autoimmune diseases. Fasano A1. Clin Rev Allergy Immunol. 2012 Feb;42(1):71-8. doi: 10.1007/s12016-011-8291-x.

4. Intestinal dysbiosis, gut hyperpermeability and bacterial translocation: missing links between depression, obesity and type 2 diabetes? Slyepchenko A, Maes M, Machado-Veira R, Anderson G, Solmi M, Sanz Y, Berk M, Köhler CA, Carvalho AF. Curr Pharm Des. 2016 Sep 22.

5. Gut Permeability and the Microbiome: Emerging Roles in CNS Function in Health and Disease. Carvalho AF, Berk M, Maes M. Curr Pharm Des. 2016 Sep 29.

6. The gut-brain axis, including the microbiome, leaky gut and bacterial translocation: mechanisms and pathophysiological role in Alzheimer’s disease. Köhler CA, Maes M, Slyepchenko A, Berk M, Solmi M, Lanctôt KL, Carvalho AF. Curr Pharm Des. 2016 Sep 6.

2 Commentaires

  1. Sylvie 15/03/2017 à 17 h 18 min␣- Répondre

    la glutamine peut elle renforcer la fonction de la barrière intestinale?

  2. Dr Jean-Luc Morel 01/05/2017 à 16 h 34 min␣- Répondre

    oui la L-glutamine peut favoriser la régénération des cellules de la muqueuse intestinale. A condtion cependant d’éliminer les causes d’irritation et/ou d’inflammation de cette muqueuse.

Laisser un commentaire

J'accepte de recevoir la lettre d'infos mensuelle ou bien j'y suis déjà abonné(e).