Une protéine qui freine l’autophagie

Rubicon, c’est le nom d’une protéine découverte récemment comme un empêcheur de tourner en rond pour nos processus de régénération cellulaire, notamment l’autophagie.

On sait que l’autophagie est une fonction d’auto-réparation de nos cellules qui a tendance à moins bien se faire avec l’âge mais, jusqu’à présent, personne n’a su dire pourquoi.

Une équipe de chercheurs menée par Tamotsu Yoshimori de l’Université d’Osaka avait repéré cette protéine en 2009. Il avait alors été établit qu’elle était un facteur de régulation négative de l’autophagie, c’est à dire qu’elle la freine.

Une augmentation de la durée de vie

Cette même équipe, en étudiant sur des petits animaux, vient de démonter que la protéine Rubicon augmente en fait avec l’âge. En réduisant l’expression de cette protéine chez l’animal (en agissant sur les gênes), les chercheurs ont constaté que leurs niveaux d’activité autophagiques étaient relevés, et surtout, que leur durée de vie était rallongée.

Leur idée est, qu’il serait peut-être possible de lutter contre le vieillissement chez l’homme, en réduisant ses niveaux de Rubicon.

Or, outre l’augmentation de la durée de vie, ils ont pu obtenir de beaux résultats chez les vers et les souris, tels que :

– réduction de la fibrose du tissu rénal,
– meilleure résistance à l’induction de la maladie de Parkinson,
– réduction du déclin de la motricité lié au vieillissement…

Il reste donc à voir s’il est possible d’appliquer cela chez l’être humain.

L’avis d’Anti-âge Intégral

Des questions se posent : pourquoi cette protéine augmente avec l’âge ? Quels sont ses autres effets ? Son élévation n’est-elle pas juste le signe d’un autre processus plus profond du vieillissement ?

Régulièrement des molécules ou des mécanismes sont découverts comme étant impliqués dans le phénomène du vieillissement. Cela nous permet certes de comprendre un peu plus ce phénomène qui nous dérange mais, bien souvent, il est difficile de savoir s’il l’on a vraiment découvert une cause ou bien d’un effet.,

Tous les facteurs du vieillissement et ses mécanismes sont intriqués d’une manière incroyablement complexe. Nous penchons plutôt vers une attitude globale et la recherche d’un meilleur équilibre pour limiter les effets de l’âge sur nos capacités.

Jusqu’à présent, aucune de ces découvertes n’a vraiment révolutionné les traitements anti-âge. Même si ces résultats sont passionnants et méritent d’être salués, il y a fort à parier qu’ils n’apporteront pas la pilule anti-vieillissement.

Et vous, qu’en pensez-vous ?