cereales déjeuner

Une étude publiée dans The Lancet montre que les végétaux ultra-transformés dans l’alimentation peuvent augmenter le risque de maladies cardiovasculaires et de décès. Ceci vient nuancer l’idée que l’alimentation végétale est forcément saine. C’est généralement vrai mais pas pour les aliments transformés, même d’origine végétale.

Les chercheurs de l’Université de São Paulo et de l’Imperial College London ont suivi plus de 118 000 personnes. Ils ont observé que consommer régulièrement des aliments ultra-transformés végétaux est corrélé à un risque cardiovasculaire augmenté quand, à l’inverse, ce risque baisse significativement en augmentant la part de végétaux non transformés (dès 10% de plus).

Par exemple, les produits ultra-transformés d’origine végétale peuvent être :

  • des sodas et autres boissons édulcorées,
  • collations sucrées ou salées emballées  (crackers, snacks, barres chocolatées…),
  • chips empaquetées, frites industrielles
  • confiserie, biscuits,
  • tous dérivés de pains et viennoiseries emballés,
  • produits de viande reconstitués (saucisses et steaks végétaux),
  • fromages végétaux,
  • plats tout préparés, surgelés ou de longue conservation,
  • etc…

Notez que les alcools distillés étaient considérés dans l’étude comme produits ultra-transformés.

A vrai dire, on s’en serait bien douté : entre une pizza surgelée depuis des mois et une ratatouille préparée à la maison, on a bien une petite idée sur ce qui est le plus sain. Les aliments transformés par l’industrie agroalimentaires (et conservés dans du plastique !) ont déjà montré leur toxicité insidieuse. Ce qui est intéressant, c’est de voir que le « manger sain » n’est pas pas toujours ce que les gens pensent.

Ici c’est l’idée que les plantes et végétaux sont sains, sauf que ces végétaux ultra-transformés deviennent au contraire malsain. Ailleurs, c’est le produit sans lactose ou sans gluten qui est largement transformé et au final peu digeste.

Ce peut être aussi la même chose avec les céréales complètes que l’on pense toujours plus saines. En fait, de nombreuses personnes digéreront moins bien les anti-nutriments souvent concentrés dans l’enveloppe de ces céréales, comme des lectines, phytates… (voyez cet article sur céréales, légumineuses et anti-nutriments).

En conclusion, il faut faire preuve d’un peu d’attention, et bien comprendre que, dans leur marketing, les industriels jouent sur ces notions pour mieux vendre leurs produits.

Ne vous laissez pas berner par la vitamine ou les fibres contenues, ou le gluten en moins. Et rappelez vous qu’il existe aussi des sensibilités individuelles pour les aliments.

Au final, rien de tel que les produits simples, frais, locaux, de saison, exempts si possible de pesticides, d’antibiotiques, hormones et d’engrais chimiques… pour faire du bien à votre santé. Le seul bémol, c’est qu’ils ne sont pas toujours facile à trouver.

 

L’étude en question :
https://www.thelancet.com/journals/lanepe/article/PIIS2666-7762(24)00115-7/fulltext