Combien d’années vivrez-vous en bonne santé ?

Accueil>Comprendre le vieillissement, Environnement et anti-âge>Combien d’années vivrez-vous en bonne santé ?
seniors en forme

Plutôt que savoir si nous deviendrons centenaires, il serait judicieux de savoir jusqu’à quel âge nous resterons en forme et en santé.

Certains tests arrivent à prédire ce délai mais notre mode de vie peut largement l’influencer comme nous allons le voir.

Vivre longtemps c’est bien mais en forme, c’est mieux

Aujourd’hui nous savons tous que la durée de vie moyenne de l’être humain n’a cessé d’augmenter ces dernières décennies. C’est le cas dans la plupart des pays mais peut-on dire autant de la durée de vie en bonne santé ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a défini la mesure moyenne déterminant le nombre d’années qu’une personne peut espérer vivre en bonne santé, dans un pays donné. Une mesure pertinente puisque vivre longtemps et malade est nettement moins intéressant que lorsque les années s’ajoutent, en conservant la forme et toutes ses capacités.

De même, on peut définir le nombre moyen d’années en mauvaise santé pour la population d’un pays. C’est là que le bât blesse. En effet, dans la plupart des pays modernes et industrialisés ce nombre augmente depuis l’an 2000. Par exemple en Europe :

MEDIGO – Vivre plus longtemps, vivre plus sainement?

Des analyses pour savoir si vous vivrez longtemps

En dehors des tireuses de cartes, il existe des éléments prédictifs. Nous parlons ici du temps de vie probable en bonne santé. Certaines analyses sont estimées très fiables par les scientifiques :

ADN et télomères– longueur des télomères :
Ces capuchons protecteurs des extrémités de notre ADN cellulaire s’usent à chaque division des cellules. Aussi avec le temps, ils finissent par ne plus protéger l’ADN de cellules qui deviennent anormales ou sénescentes.
Certains laboratoire proposent de mesurer vos télomères, ce qui donnerait une idée de votre état de vieillissement cellulaire global. Notez que ces mêmes télomères peuvent se voir rallonger par certains soins ou même par l’hygiène de vie.

bracelet montre– l’endothéliomètre :
C’est un dispositif pouvant tenir dans une montre, analysant à travers votre peau l’activité des cellules endothéliales, celles qui tapissent la paroi de vos vaisseaux. Les chercheurs estiment que l’état de vos parois vasculaires, leur rigidité ou leur souplesse, sont de bons indicateurs de la santé générale.

– La signature génomique :
genes et ADNC’est la dernière découverte et peut-être la plus fiable. Les scientifiques ont trouvé 10 marqueurs d’expression de nos gênes particulièrement significatifs pour la longévité. Le fait qu’ils soient activés ou pas, détermine notre sensibilité aux maladies du vieillissement et notre probable longévité.

Notez bien qu’il s’agit d’expressions de gênes (soit d’épigénétique) et non pas de gênes que l’on possède ou pas, ou encore d’hérédité. Ceci veut dire que ceci est modifiable, notamment par le mode de vie. Voila qui nous conduit à l’approche intégrale des facteurs prédictifs de longévité que sont la constitution et l’hygiène de vie.

Constitution et mode de vie, présages de votre longévité

Votre constitution, votre hérédité

Vous avez hérité de vos parents un patrimoine génétique. Il s’agit de la configuration de vos chromosomes et des gênes qu’ils présentent. Vos gênes modèlent votre physique. Votre corps est grand, petit, mince, trapu… La couleur de vos cheveux, celle de vos yeux sont définies. C’est votre nature innée, votre constitution. Vous êtes fait(e) ainsi.

Votre constitution vous donne des points forts pour votre santé mais aussi des points faibles. Les médecins savent, par exemple, qu’un bébé dépassant les 4 kg à la naissance aura plus de chances de devenir diabétique. Les médecines de terrain comme l’homéopathie vont beaucoup plus loin en déterminant les maladies auxquelles certaines constitutions seront plus exposées.

Sans aller jusqu’à prédire votre durée de vie, votre constitution vous indique votre sensibilité à certaines maladies, tout comme le fait de posséder certains gênes vous expose au cancer ou à des maladies auto-immunes (les scientifiques l’ont montré).

La médecine ayurvédique décrit aussi cela très bien et définit 3 grands principes qui influencent la santé du corps et de l’esprit (les doshas), régis par 3 éléments : le feu, l’air, la terre (en savoir plus sur la constitution en ayurveda). La constitution parfaite serait un juste équilibre entre ces 3 doshas. C’est celle qui donnerait la meilleure santé.

Ensuite, selon qu’un des éléments est dominant ou insuffisant, les tendances à certaines maladies sont décrites, par exemple :
– trop de feu ou Pitta favorise les maladies cardio-vasculaires (voir type métabolique)
– trop de terre ou Kapha, le diabète, les oedèmes… (voir type anabolique)
– trop de vent ou Vatta favorise les rhumatismes et les maladies des nerfs (voir type catabolique), etc…

Faites le quizz !

Quelle est votre constitution ?

Evaluez-la grâce à notre test
Faites le quizz !

chromosome ADNModifiez votre destin de santé avec l’épigénétique

Depuis quelques années, les chercheurs ont montré que nos différents gênes n’étaient pas forcément actifs sur notre santé. Plus encore, ils ont compris que notre mode de vie, notre environnement ou certains remèdes pouvaient modifier leur expression (le fait qu’ils soient actifs ou pas).

Ainsi, notre génétique innée peut être modifiée (au moins en grande partie). Bien sûr, nous ne pouvons pas changer la couleur de nos yeux ou notre taille mais on sait aujourd’hui qu’il est possible, par exemple, de modifier l’expression de gênes prédisposant aux cancers ou à certaines maladies. Cela s’appelle l’épigénétique.

Votre destin de santé n’est donc pas immuable. Les scientifiques estiment que l’épigénétique peut influencer votre santé au moins 2 fois plus que votre génétique. Une excellente nouvelle lorsque l’on cherche à rester sain et en forme longtemps.

Cela devient encore plus intéressant quand on sait que l’Ayurveda enseigne depuis des millénaires la même chose. Il emploie certes d’autres mots et une vision différente mais le résultat est le même. La santé de l’être humain est influencée par son environnement mais ce dernier peut aussi modifier sa constitution, ses points forts, ses points faibles, sa prédisposition aux maladies…

Prenons un exemple pour illustrer ce propos : un individu de constitution catabolique (plutôt grand, mince et anxieux) est prédisposé aux maladies neurologiques et aux rhumatismes. On pourrait dire qu’en vivant dans un pays chaud, humide et montagneux, il aura moins de chance de développer une maladie de Parkinson ou une polyarthrite. Et encore moins s’il sait choisir son alimentation de façon pertinente, etc…

Mode de vie et longévité

Ainsi, la façon de vous alimenter, les différents types d’exercice physique que vous pratiquez, l’endroit où vous habitez, votre environnement, vos rapports affectifs et sociaux, la façon dont vous gérez le stress, la méditation, le yoga… Tout cela peut augmenter la durée de votre existence en bonne santé. Beaucoup d’études on montré que cela pouvait modifier l’expression de vos gênes.

En plus d’aider votre corps à bien fonctionner, à l’entretenir et ne pas l’intoxiquer, une bonne hygiène de vie peut désactiver vos gênes prédisposant aux maladies et activer les gênes de la réparation et ceux liés à la longévité. Bien entendu, une mauvaise hygiène de vie peut faire l’inverse.

On savait donc que notre environnement et notre mode de vie influençaient notre santé et notre longévité mais la grande découverte, c’est que l’on peut modifier en grande partie le fonctionnement des gênes dont on a hérité à la naissance.

Encore plus fort : les modifications épigénétiques seraient transmissibles ! En plus de la couleur de vos yeux, vos parents (et même vos grand-parents) peuvent vous transmettre de la longévité selon le mode de vie qu’ils ont suivi.

Il n’y a donc que des avantages à suivre les règles d’une saine hygiène de vie. La science le confirme aujourd’hui mais les médecines et les enseignements traditionnels (comme l’Ayurvéda) le savaient depuis bien longtemps. De plus, ils nous apprennent que la bonne hygiène de vie n’est pas la même pour tout le monde. Elle peut changer d’une personne à l’autre, selon sa constitution, ce que la médecine moderne classique ne prend pas encore vraiment en compte.

Espérons que ceci arrivera un jour.

Laisser un commentaire

J'accepte de recevoir la lettre d'infos mensuelle ou bien j'y suis déjà abonné(e).