Des aliments anti-cellulite ?

Cellulite et alimentation

Accueil/Cellulite, Nutrition anti-âge/Des aliments anti-cellulite ?
manger pour éviter la cellulite

Avant tout, rappelons que les formes arrondies de la femme sont parfaitement normales. Elles font parties de ses critères sexuels et plaisent aux hommes (études scientifiques à l’appui*). De plus, la nature a prévu que la femme pouvait stocker plus facilement quelques réserves de graisses pour sa progéniture. Ne tombons donc pas dans le combat acharné systématique contre le moindre gramme de graisse, ce qui est totalement anti-naturel.

S’il n’existe pas de recette miracle, il y a néanmoins des règles d’hygiène alimentaire réduisant les facteurs aggravants de la cellulite. D’autre part, il est possible d’influencer les causes principales de la cellulite (terrain hormonal, circulation, élimination…) par le choix des aliments.

Y a t’il un régime qui marche contre la cellulite ?

La cellulite possède trois caractéristiques principales :

l’hypertrophie des cellules graisseuses (adipose)
l’oedème des zones graisseuses atteintes (rétention d’eau locale)
la fibrose des zones touchées (fabrication de tissu fibreux entre les cellules graisseuses).
Tout cela crée un cercle vicieux où la circulation sanguine et les échanges entre les cellules adipeuses devient de plus en plus difficile.
En mangeant moins, on réduit l’adipose, les enzymes dans notre alimentation peuvent réduire une fibrose dans l’absolu et les diurétiques sont censés combattre l’oedème. Hélas, ce n’est pas si simple.
S’il est certain que la réduction des apports caloriques finit par réduire globalement le volume global graisseux, il n’est pas aussi facile de diminuer en priorité les endroits où justement la cellulite s’accroche. Tout le monde sait qu’un régime standard réduit la masse grasse mais vient difficilement à bout d’une culotte de cheval, par exemple.

Ananas, papaye, cosses de haricots et queues de cerises…

Ces aliments, comme d’autres, ont été en vogue pour l’effet anti-cellulite qui leur a été attribué. Il est vrai que, dans la plupart des cas, il s’agissait d’aliments riches en enzymes (ananas, papaye…) ou encore diurétiques (queues de cerises…).
L’idée n’est pas mauvaise mais elle a pu conduire à des excès. Par exemple, ne manger que de l’ananas va certes faire perdre du poids et apporter des enzymes au corps mais ceci est totalement déséquilibré. De plus, une modification des causes de la cellulite par l’alimentation ne peut se faire que sur le long terme, en modifiant ses habitudes.

Prendre le mal à sa source

Plutôt que d’agir sur les effets, on peut essayer d’agir sur les causes de la cellulite. Celle-ci n’est pas une fatalité, même si certaines femmes y sont plus exposées que d’autres. La cellulite (ou hydrolipodystrophie pour les savants) est généralement révélatrice d’un déséquilibre de santé global influencé par différents facteurs (mauvaise élimination des toxines, mauvaise circulation, terrain hormonal perturbé…).

S’attaquer aux différentes causes de la cellulite

La cellulite est multifactorielle

L’endroit où elle se localise révèle ses facteurs aggravants qui sont, en particulier :
l’excès de poids (cellulite diffuse)
une mauvaise circulation veineuse (cellulite des cuisses jusqu’aux hanches) ou lymphatique (jambes en « poteau » des chevilles aux cuisses) ou capillaire (jambes et bras épaissis avec extrémités froides), ou plusieurs à la fois
un déséquilibre hormonal, en particulier excès d’oestrogènes, insuffisance de progestérone (cellulite du bassin et culotte de cheval surtout), mais aussi excès de cortisol et d’hormones androgènes (cellulite du haut du corps au dessus de la ceinture)
une mauvaise digestion (cellulite du ventre).
Pour en savoir plus sur la répartition de la graisses en excès, voir silhouette et alimentation

Cellulite et toxines

Pour les médecines complémentaires, la cellulite est vue comme une auto-intoxination, une difficulté à éliminer certaines toxines. Le ralentissement des organes d’élimination (reins, colon, foie…) aura tendance à aggraver la situation.

Pour rappel : vérifier la statique (posturologie) et bouger

Bien qu’éloignés de l’alimentation, les problèmes de posture tels que les scolioses, bascules du bassin, pieds plats, genoux varus ou varum… peuvent favoriser une culotte de cheval ou l’accumulation de cellulite sur la face interne des genoux par exemple. Il est souvent intéressant d’avoir l’avis d’un posturologue dans ce cas, afin de rectifier ce qui peut l’être par des moyens simples : rééducation, port de semelles orthopédiques, etc…

L’activité physique seule ne vient pas forcément à bout des problèmes de cellulite. On connait tous des grandes sportives qui ont du mal à se débarrasser de leur peau d’orange. Toutefois, rappelons nous que ce problème est multifactoriel et peut nécessiter plusieurs remèdes visant chaque facteur aggravant. Le sport améliore déjà plusieurs d’entre eux :

– meilleure circulation sanguine et lymphatique dans le bas du corps
– des calories brûlées pendant l’effort donc perte de masse graisseuse générale
– gain de masse musculaire donc meilleure élimination de calories et meilleure dépense énergétique en général (même au repos). Pourquoi donc s’en priver ?

Excès d’anabolisme

En médecine intégrale, la cellulite est aussi liée à l’excès d’anabolisme (fonctions de fabrication et de stockage de notre corps). En médecines orientales, l’anabolisme est caractérisé par les éléments eau et terre. Son rééquilibrage se fait en contrebalançant avec les éléments feu et air. Pour nous, occidentaux, cela revient à favoriser les fonctions métaboliques et cataboliques de l’organisme, soit, pour simplifier : la combustion et l’élimination. Nous allons voir comment cela peut se faire en pratique.

* p.ex. étude rapport taille/hanches Barnaby Dixson, anthropologue néo-zélandais

2 Commentaires

  1. Alba 20/08/2015 à 22 h 03 min␣- Répondre

    Vous dites « nous allons voir comment faire en pratique » et cela s’arrête là ???

    • Anti-age intégral 21/08/2015 à 16 h 04 min␣- Répondre

      Tout à fait, un article est en préparation pour septembre avec les détails pratiques. Vous serez tenue informée par notre lettre d’infos.
      Merci.

Laisser un commentaire

J'accepte de recevoir la lettre d'infos mensuelle ou bien j'y suis déjà abonné(e).