poisson et omega3

Les oméga 3 et oméga 6 sont des acides gras dits « essentiels » (des graisses indispensables). Notre corps en a besoin pour fonctionner, et il ne peut les fabriquer lui même.

Un apport quotidien est donc primordial.

Voici une vue simplifiée sur ces éléments nutritionnels car il n’est pas facile pour le profane de s’y retrouver. Reprenons quelques bases de nutrition.

Les acides gras dans notre corps

Ce sont des constituants des lipides (graisses et corps gras de notre alimentation) qui participent notamment à la fabrication des membranes de nos cellules.

Pour simplifier, on distingue :

les acides gras « saturés » : surtout dans les graisses solides à température ambiante, nombreuses graisses animales mais aussi certaines graisses végétales, graisses industrielles et chauffées à haute température…). Ils ne sont pas forcément tous mauvais pour la santé, sauf en excès bien sûr.

oméga 3 essentiel– les acides gras « insaturés » : dans les huiles végétales pressées à froid, les graisses de poisson, les fruits secs, certains végétaux gras, etc…). Il s’agit des omega 3 et 6 (polyinsaturés) et des omega 9 (monoinsaturés) très présents dans l’huile d’olive. Apportés en quantité optimale, ils sont bons pour la santé, voire indispensables.

Il n’y a pas d’aliment contenant un seul type de graisse mais les proportions d’acides gras saturés, insaturés, omega 3, 6, 9 varient de l’un à l’autre.

Dans les pays occidentaux, notre alimentation est trop riche en acides gras «saturés» mais souvent aussi, en omega 6. C’est bien souvent l’oméga 3 qui manque dans nos assiettes.

Les acides gras dits « essentiels »

Indispensable dans nos apports quotidiens de nourriture, ils font partie des acides gras «insaturés». En fait, notre organisme sait fabriquer un bon nombre d’acides gras insaturés sauf deux types : les oméga 3 et les oméga 6. Ainsi, s’il faut un apport en acides gras « insaturés », autant prendre ceux-ci, le corps saura toujours fabriquer les autres.

Ils participent à de nombreux processus importants comme la constitution et l’intégrité des membranes cellulaires, le fonctionnement du système cardiovasculaire, du cerveau et du système hormonal. L’intégrité de la peau et la régulation des processus inflammatoires en dépendent aussi.

Quand nos membranes cellulaires sont fabriquées avec des acides gras saturés (par manque ou par oxydation des acides gras insaturés) elles deviennent rigides et ne permettent plus de bons échanges entre la cellule et son environnement (nutrition de la cellule, éliminations et productions de la cellule telles que des hormones et d’autres facteurs sanguins).

Souvent, notre alimentation moderne contient trop de graisses saturées par rapport aux graisses insaturées. En outre, depuis les années 80 où on a incité les gens à manger moins de graisses en général, on retrouve beaucoup de déséquilibres en faveur des omega 6 (voir ci-dessous).

Restaurer l’équilibre entre les différents acides gras permet une meilleure santé et augmente la longévité.

Il faut savoir aussi que l’assimilation des acides gras par l’organisme ne peut se faire qu’en présence de nutriments comme certains minéraux, oligo-éléments, vitamines… C’est pour cela qu’une bonne alimentation doit être variée pour apporter tous ces micronutriments.

Les acides gras de type oméga 6

Ils interviennent dans l’équilibre du système nerveux, cardiovasculaire, la régulation de l’immunité, de la cicatrisation et des réactions allergiques et inflammatoires.

On les trouve surtout dans les huiles végétales de pépins de raisin, tournesol, onagre, noix, germes de blé, soja, sésame, colza, noisette, maïs, etc… mais aussi dans les oeufs et la chair animale.

Ils sont donc assez présents dans notre alimentation moderne (voire trop présents) mais notez que l’excès d’acides gras «saturés» ou « trans », la pollution, l’alcool, l’âge et d’autres facteurs, peuvent empêcher leur bonne utilisation, en particulier leur transformation en « acide gamma linolénique » (GLA que l’on trouve dans l’huile de bourrache et d’onagre par exemple). Cet acide gamma linolénique est particulièrement utile dans la prévention du vieillissement cutané, l’hydratation de la peau, la lutte contre l’inflammation…

Nos besoins quotidiens en oméga 6 sont définis à 4,5gr selon la CEE et à 12gr en Amérique du Nord. Les autorités sont donc en désaccord sur ces doses. Quoiqu’il en soit, nous dirons que le plus important est de respecter un bon rapport avec les omega 3 : pas plus de 5 parts d’omega 6 pour 1 part d’omega 3.

Les acides gras de type oméga 3

Ils interviennent au niveau des membrane cellulaires en favorisant les échanges entre la cellule et son environnement. De la même façon ils favorisent l’intégrité de nos muqueuses. Ils sont très présents dans notre cerveau et nos nerfs. Ils agissent aussi dans le métabolisme de nos hormones et modèrent les processus inflammatoires. Les oméga 3 ont également une action anti-radicaux libres.

Les troubles de santé qui découlent d’une carence en oméga 3 sont surtout les maladies cardiovasculaires mais les omega 3 auraient aussi une action préventive contre le diabète, le cancer et l’Alzheimer, par exemple. Enfin ils permettraient, selon certaines études, de lutter contre le stress, l’anxiété, voire la dépression.

Pourquoi en parle t’on autant aujourd’hui ?

Parce que l’on a découvert que alimentation occidentale est particulièrement carencée en oméga 3 mais moins en oméga 6 de nos jours. Les oméga 3, plus fragiles, résistent moins au raffinage, à la cuisson, à l’oxydation, à l’agriculture intensive, etc…

De nombreuses études ont montré un lien entre ces carences en omega 3 et les maladies dégénératives comme maladies cardio-vasculaires, diabète, etc….

graisse indispensableLe rapport entre oméga 3 et oméga 6

Il est très important car un déséquilibre en faveur des omega 6 favorise l’inflammation et l’obésité* (entre autres). Dans notre alimentation moderne occidentale, il est souvent de 1 pour 30, alors qu’il devrait être de 1 pour 5.

On trouve surtout les oméga 3 dans l’huile de noix, lin, colza et de germe de blé… Les poissons gras sauvages en sont une excellente source et il contiennent, en outre, peu d’omega 6. Il devraient être présents aussi en bonne quantité dans les viandes de bétail, les volailles et les oeufs mais à condition que ces animaux mangent de l’herbe (et non des tourteaux de céréales riches en omega 6), ce qui devient hélas assez rare.

Nos besoins quotidiens en acides gras omega 3 sont d’environ 2 grammes.

La supplémentation en acides gras essentiels en pratique

oméga 6Si l’on a une alimentation parfaite avec des produits d’excellente qualité, nul besoin de supplément, bien entendu. Hélas, du fait des méthodes alimentaires modernes, de l’agriculture industrielle, de la pollution, c’est rarement le cas.

En pratique, si l’on fait tout de même attention à utiliser des huiles végétales riches en acides gras insaturés, un apport en oméga 3 seuls serait suffisant pour aider à restaurer un meilleur rapport oméga 3/oméga 6.

En cas de problèmes particuliers de peau (déshydratation, inflammation, vieillissement) ou hormonaux chez la femme, il parait logique d’associer à la prise d’oméga 3 de l’acide gamma linolénique (GLA) un acide gras de la famille des omega 6 qui a du mal à se fabriquer en vieillissant ou dans certaines circonstances.

De nombreux produits associent des huiles végétales et de poisson pour un mélange oméga 3 et 6 en bonnes proportions. Or, en dehors des cas ci-dessus, on se rend compte que l’apport d’omega 3 seul est généralement suffisant.

Comme nous l’avons vu, depuis les années 80, les populations ont modifié certaines habitudes alimentaires ont changé pour les augmenter les acides gras insaturés. En réalité, ce sont surtout les omega 6 qui ont augmenté et très peu les omega 3.

Fragiles omega 3

Ces acides gras polyinsaturés omega 3 sont très facilement dégradés par la chaleur (notamment la cuisson) et l’oxydation (par l’oxygène de l’air par exemple). Ils sont donc difficiles à conserver. En revanche les omega 6 et 9 résistent mieux à la chaleur.

De plus, si notre corps connait une trop grande production de radicaux libres (oxydation) les omega 3 vont avoir tendance à s’oxyder et les acides gras oxydés sont dangereux pour nos artères (entre autres).

La vitamine E est un antioxydant qui est souvent associé aux compléments d’omega 3. L’apport de vitamines A, C, B6, de Zinc, et d’antioxydants (à partir de 40 ans), peut aider à limiter leur oxydation. D’autres micronutriments essentiels et des enzymes sont nécessaires à l’assimilation des oméga 3 par le corps.

Augmenter les acides gras insaturés dans notre alimentation est souvent utile voire nécessaire. Cela concerne surtout les omega 3. Encore faut il faire en sorte qu’ils ne se dégradent pas ni ne s’oxydent dans notre corps et/ou pendant la conservation des aliments car sinon ils se transformeront en graisses nocives et inutiles.

Le pire du pire : les acides gras « trans »

Ils sont fabriqués par l’industrie alimentaire par la méthode dite « d’hydrogénation » des acides gras insaturés des huiles végétales. Ceci permet de conserver les matières grasses beaucoup plus facilement et beaucoup plus longtemps : agents de texture, conservateurs pour éviter le rancissement, margarines, graisses des aliments tout préparés, en particulier barres chocolatées et snackers, etc… Ce sont donc les fameuses graisses hydrogénées.

Notons que certains produits laitiers de ruminants peuvent contenir également des acides gras « trans » par transformation bactérienne lors de la rumination.

Enfin, la friture des huiles riches en acides gras insaturés en produit aussi. Ainsi, si l’on cuisine avec des matières grasses, il vaut mieux utiliser des graisses pauvres en acides gras insaturés mais riches en acides gras saturés qui ne se dégraderont pas en acides gras « trans » à la cuisson : huile de coco, beurre (non pasteurisé si possible), graisse de canard ou de porc… Dans tous les cas, il faut éviter de faire fumer une matière grasse.

Les acides gras trans provenant d’acides gras insaturés, on pourrait les croire salutaires. Il n’en est rien. Bien au contraire, les études ont montré qu’ils favorisaient les maladies cardiovasculaires, le diabète, et pourraient en favoriser d’autres dont le cancer du sein.

Les règlementation sur l’étiquetage et la mention des acides gras trans est inégale selon les pays mais, heureusement, de plus en plus présente.

* A Western-like fat diet is sufficient to induce a gradual enhancement in fat mass over generations Florence Massiera, Pascal Barbry, Philippe Guesnet, Aurélie Joly, Serge Luquet, Chimène Moreilhon-Brest, Tala Mohsen-Kanson, Ez-Zoubir Amri and Gérard Ailhaud