visage femme avec de beaux volumes

Rectifier légèrement les volumes d’un visage peut avoir un effet très rajeunissant. Cependant, il ne s’agit pas de « gonfler » un visage mais de retrouver l’harmonie de ses volumes, de choisir les bonnes zones à traiter et les techniques adéquates.

De plus, il existe des approches naturelles pour conserver de beaux volumes dans un visage malgré son vieillissement…

Avoir un regard global sur le visage et ses volumes

Deux points sont essentiels dans le traitement esthétique rajeunissant d’un visage, avant d’envisager toute intervention, même minime :

L’évaluation de l’ensemble du visage et de ses éléments (morphométrie)

Le visage est un tout et on doit tenir compte des différentes zones. Par exemple, les sillons naso-géniens (entre le nez et les coins de la bouche) sont étroitement dépendants du galbe des pommettes : si les pommettes perdent leur relief et s’affaissent, les sillons peuvent devenir plus marqués.

Ensuite, les différents volumes du visage (joues, pommettes, bouche, front, menton, nez…) doivent être proportionnés entre eux et le rester après les éventuelles corrections. Un bon traitement doit se faire en associant judicieusement des petites corrections progressives à différents endroits du visage.

Le respect de l’aspect naturel du visage

Le résultat recherché doit être une harmonie entre les différentes parties du visage et donner un air parfaitement naturel. Il ne suffit pas de gonfler les pommettes et la bouche d’une personne pour rajeunir son visage. Cela est plus subtil et, en dehors d’une amélioration générale du visage et un effet bonne mine ou reposé, on ne doit pas « voir » les corrections qui ont été apportées.

Le but est de restaurer les volumes perdus dans un visage mais surtout pas de le transformer en quelque chose de « surnaturel ». En anti-âge intégral, le médecin doit vous orienter dans cette démarche, sinon, changez-en.

Comment les volumes du visage se modifient en vieillissant ?

rajeunissement du visageLes volumes du visage qui diminuent

Voici, à peu près par ordre d’importance décroissante, les volumes qui s’abiment le plus dans le vieillissement de la face et du cou :

  • perte de l’arrondi des pommettes : elles est assez précoce surtout chez des personnes qui dorment mal, ou ayant des troubles digestifs d’assimilation. La « vallée des larmes est, en particulier, le creux qui se forme en séparant la pommette en deux parties et donne le regard de chien battu.

  • affinement de la bouche : les lèvres s’affinent avec l’âge, ceci est accentué par le recul du massif dentaire sur lequel elles s’appuient

  • creusement des joues : surtout pour les personnes minces et/ou fatiguées (voir type catabolique)

  • creusement des tempes : donnant un effet de « squelettisation » du visage

  • creusement en arrière des joues et des pommettes (vers les oreilles) : plutôt vers 70 ans, il donne aussi cet effet de « squelettisation ».

  • perte de volume de l’angle de la mâchoire : il est plus marqué chez les sujets jeunes. Dans certains cas, il peut être intéressant de le renforcer.

Les volumes qui s’empâtent avec l’âge

Ceux-ci devront être réduit. Il ne s’agit pas d’essayer de les améliorer par des injections volumatrices. Le volume qui s’installe dans la partie basse du visage signe le vieillissement alors qu’un bas du visage affiné donne un aspect plus jeune.

  • perte de l’ovale de la partie basse du visage : elle est accentuée par l’empâtement des bajoues lié à la descente progressive de la graisse des pommettes et des joues vers le bas du visage et aussi par l’excès de poids.

  • le double menton : est une simple accumulation de graisse locale, accentuée par l’excès de poids.

Rectifier les volumes pour un effet rajeunissant

Injections correctrices : optez pour un produit naturel

La MIA (Médecine Intégrale Anti-âge) utilise uniquement un implant de comblement injectable naturel 100% biodégradable: l’acide hyaluronique. Il doit s’injecter en quantité modérée, pour une correction immédiate en toute sécurité. Celle-ci durera 12 à 18 mois.

Faite en douceur et avec le matériel adéquat (aiguilles à bout mousse en particulier), l’injection ne laisse pas de trace. Il n’y a pas de gêne après le remodelage et l’on peut reprendre immédiatement ses activités. Les effets de réaction secondaire sont rarissimes et se traitent facilement, le produit étant totalement résorbable

Réductions des volumes en trop

Lorsque l’on veut, au contraire, affiner certaines parties du visage, des techniques permettent de réduire la couche de graisse sous-cutanée comme le double menton ou les bajoues. Il est possible d’employer ici la radiofréquence, certains lasers ou les techniques de liporéduction. Toutefois, ceci ne remplacera pas un amaigrissement si la graisse localisée est liée à un excès de poids.

Un traitement de drainage par les plantes est alors prescrit, ainsi qu’un apport micro-nutritionnel pour faciliter la restauration du tissu sous-cutané que l’on a traité.

En cas de correction des volumes, ayez une approche intégrale

Quelle que soit la technique employée pour réparer une perte de volume du visage, n’oubliez pas de tenir compte de toutes ses causes. Il s’agit de tous les troubles de la santé qui peuvent se refléter dans les volumes d’un visage : mauvaise nutrition, carences en nutriments, déséquilibre hormonal, troubles digestifs, troubles psychologiques…

Il sera logique d’essayer d’abord de remédier à ces troubles, sans quoi les traitements locaux risqueront d’être décevants.

Relâchement de la peau et volumes du visage

peau et vieillissementIl commence lorsque notre stock de fibres élastiques a bien diminué (après 40 ans). Cette diminution est accélérée par tout ce qui augmente l’oxydation (surtout les UV, le soleil, le tabac, la pollution…) et ce qui augmente la glycation (excès de sucres alimentaires, aliments à index glycémique élevé, nourriture trop cuite…).

On ne retend pas la peau du visage comme on regonfle un ballon

Dans un visage qui vieillit, il ne faut pas confondre perte de volume et relâchement cutané. Vouloir rattraper systématiquement le relâchement de la peau du visage et la retendre par une augmentation de son contenu mènera à terme à l’obtention d’un visage bouffi. Il sera peut-être lisse mais il ne sera plus celui de la personne qu’on connaissait.

Quels soins pour améliorer le relâchement de la peau du cou et du visage ?

En dehors du lifting qui est l’indication classique, les moyens non chirurgicaux qui peuvent être employés ici sont :

– l’équilibrage des muscles peauciers du visage et du cou par acupuncture et/ou injections
– la régénération de la trame fibro-conjonctive de la peau par  injections de gaz carbonique
– la contraction du collagène par la chaleur des lasers de remodelage et des ondes de radiofréquence.

Ces soins sont sans danger et présentent très peu de suites (quelques rougeurs pendant quelques minutes, voire un bleu passager lors d’une injection).

L’expérience nous a montré que, pour des relâchement légers, pris assez tôt (vers 40 ou 50 ans) ces techniques, dans des protocoles de soins répétés et réguliers, pouvaient être très satisfaisants. Si le relâchement cutané est trop avancé, il ne faut pas attendre de miracle et seul le lifting chirurgical saura changer les choses (avec ses avantages et ses inconvénients).