Les effets du vieillissement sur notre corps

Accueil/Comprendre le vieillissement/Les effets du vieillissement sur notre corps
vieux visage

Les effets du vieillissement sont visibles sur notre corps d’après sa silhouette, la texture de la peau et des cheveux mais ceci est l’expression de changements permanents internes bien plus vastes qui ont lieu alors que l’âge avance.

Le vieillissement du corps vu de l’extérieur

Vu de l’extérieur, voici les principaux changements qui surviennent avec l’âge. Ils nous permettent généralement de donner un âge à une personne, de près ou même de loin.

La silhouette se tasse et se voûte

Les articulations peuvent se déformer par usure des cartilages et remaniement des extrémités osseuses. Les disques inter-vertébraux se déshydratent et perdent de l’épaisseur.

Diminution du volume des muscles

La masse musculaire diminue pour être remplacée progressivement par de la graisse. Les muscles ronds sont les plus touchés : épaules, fesses…

La peau se relâche, se tache et s’affine

Elle ne fabrique plus de fibres élastiques après 40 ans. Des dépôts de pigments apparaissent (taches brunes). De plus, la production de sébum diminue et la peau se déshydrate.

Les cheveux blanchissent et se raréfient

Ils deviennent plus secs, clairsemés et leur couleur vire au blanc car les cellules fabriquant des pigments ne fonctionnent plus (mélanocytes).

Le visage

Les volumes du visage se modifient et sont attirés vers le bas (ptôse) avec une perte de l’ovale du bas du visage. Les rides se creusent plus ou moins à différents endroits selon les mimiques du visage.

Les lèvres s’affinent, le nez s’allonge et s’épaissit.

Les dents s’usent, le massif dentaire recule et perd son volume, le sourire est attiré vers le bas et montre plus les dents du bas que celles du haut.

Comment vieillit le corps à l’intérieur ?

ADN cellulaireVoici les principales modification qui se font à l’intérieur du corps :

Les os et les tissus de soutien

  • décalcification des os, surtout si l’activité physique est inexistante
  • augmentation des tissus fibreux et graisseux sans fonction utile
  • les tissus de soutien, tant au niveau des revêtements que des organes, se rigidifient. Ils perdent de leur souplesse et se déshydratent.

Les organes vieillissent aussi

  • diminution du volume respiratoire avec perte d’élasticité et de perméabilité des alvéoles pulmonaires.
  • les vaisseaux sanguins perdent leur souplesse et leur paroi interne s’encrasse (plaques d’athérome…). La microc-irculation sanguine se se ralentit au niveau des vaisseaux capillaires. Le coeur perd aussi de sa souplesse et de sa puissance.
  • diminution des sécrétions digestives (bile, sucs pancréatiques, secrétions intestinales, acide chlorhydrique de l’estomac…) avec ralentissement du transit intestinal et/ou constipation.
  • diminution de la tolérance au glucose (sucre). Celle-ci favorise l’apparition du diabète et les problèmes de poids.
  • la production des hormones diminue, et en particulier : la mélatonine, l’hormone de croissance et la DHEA qui permet la fabrication des hormones sexuelles.
  • la filtration et l’élimination rénale des toxiques solubles dans l’eau diminuent.

Nos défenses immunitaires s’affaiblissent avec l’âge

La fonction du système immunitaire devient moins bonne pour résister aux microbes et aux infections. Ceci est lié en partie à la baisse de nos productions hormonales mais les facteurs sont multiples et des effets du vieillissement comme l’oxydation et la glycation des tissus ont aussi un rôle dans l’affaiblissement de l’immunité.

Nos globules blancs deviennent moins réactifs et moins efficaces. Notre organisme produit moins d’anticorps pour se défendre et pour une durée plus courte par rapport aux sujets jeunes.

La production d’anticorps dirigés contre nos propres tissus va être plus fréquente et pourra déboucher sur des maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, lupus, sclérose en plaques…).

L’élimination des cellules anormales (et cancéreuses) ainsi que des corps étrangers se fait moins bien.

Les effets neurologiques du vieillissement

Le cerveau perd 5 à 10% de son poids en vieillissant. Le nombre de neurones peut diminuer, les cellules du cerveau ne se renouvelant pas mais rien ne prouve que ceci est systématique. La vitesse de transmission de l’influx nerveux diminue, notamment à cause de l’oxydation des lipides cérébraux. La concentration et la fabrication des neuromédiateurs baisse (dopamine, sérotonine, noradrénaline, etc…).

Les sens diminuent avec l’âge : ouïe et vue mais aussi gout, odorat et le toucher.

Les capacités mentales peuvent être plus ou moins atteintes selon l’usage que l’on en fait. La dépression devient plus fréquente. Les facultés intellectuelles les plus facilement touchées sont : la mémoire, la concentration, l’initiative et la faculté d’adaptation aux évènements et aux stress.

Les maladies liées au vieillissement

Les multiples effets du vieillissement vont rendre notre corps beaucoup plus vulnérable aux maladies dites « dégénératives ». Elles sont bien connues et sont devenues aujourd’hui les causes principales de mortalité : artériosclérose, cancers, diabète et maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

Notons quand même que ces maladies, qui apparaissent certes avec l’âge, dépendent aussi de l’hygiène de vie et sont surtout retrouvées dans les pays industrialisés. Dans certaines régions du globe notamment en Asie, on ne les connaissait pas ou peu, avant l’arrivée du mode de vie occidental et de son alimentation industrielle…

Maladies neurodégénérativesdégénérescence maculaire de l'oeil

Les modifications des neurones vues plus haut, la diminution des capacités détoxicantes, les moins bonnes défenses contre la glycation et l’oxydation font que notre corps devient plus exposé aux maladies neurodégénératives. Il s’agit principalement des maladies d’Alzheimer et de Parkinson et de la dégénérescence maculaire de l’oeil (DMLA).

Les cancers

Deuxième cause de mortalité liée à l’âge, les cancers voient leur fréquence augmenter nettement après 60 ans. On ne peut pas corréler directement vieillissement et cancer. Toutefois, beaucoup de mécanismes impliqués dans le vieillissement vont favoriser son apparition (oxydation, baisse de l’immunité, inflammation, modification de l’ADN, etc…). Là aussi, beaucoup d’études montrent que l’alimentation et l’hygiène de vie peuvent diminuer les facteurs de risque de déclarer un cancer, même en vieillissant.

Les maladies cardio-vasculaires

Il s’agit principalement des coronaropathies (infarctus, angine de poitrine…), accidents vasculaires et de l’artériosclérose. Elles constituent aujourd’hui la première cause de mortalité des sujets âgés.

Comme pour le cancer, elles n’accompagnent pas inéluctablement l’avancée en âge mais les divers effets du vieillissement sur le corps (voire sur le mental) vont favoriser leur apparition. En tête de liste l’inflammation chronique mais aussi l’oxydation et la glycation, entre autres.

Notons encore que le mode de vie et d’alimentation influent sur l’apparition de ces maladies, indépendamment de l’âge. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle…

Par |février 2015|1 commentaire

Un commentaire

  1. Lisa 20/07/2017 à 12 h 25 min␣- Répondre

    Bref ça craint et il vaut mieux mourir jeune.

Laisser un commentaire

J'accepte de recevoir la lettre d'infos mensuelle ou bien j'y suis déjà abonné(e).