granules d

Aujourd’hui l’organothérapie utilise les extraits d’organes, glandes ou tissus animaux sous forme homéopathique. Elle stimule ainsi des fonctions déficientes liées à ces mêmes organes ou tissus chez l’homme.
En médecine anti-âge, elle s’adresse surtout à la stimulation de nos glandes endocrines.

L’organothérapie et l’opothérapie

L’opothérapie est l’emploi d’extraits d’organes, glandes ou tissus animaux pour stimuler des fonctions déficientes liées à ces mêmes organes ou tissus chez l’homme. Par exemple, les extraits de cartilage contre l’arthrose, la poudre d’os pour reminéraliser, extraits de glandes surrénales contre l’asthénie, etc…

Beaucoup de ces techniques, largement employées jadis, ont disparu aujourd’hui, par une législation parfois très rigide, par manque d’études scientifiques très couteuses, ou encore par manque de rentabilité, des brevets ne pouvant se déposer dans ces cas. Peu d’études scientifiques ont été publiées en dehors de l’utilisation d’extraits de thymus.

L’organothérapie est l’utilisation d’extraits de glandes endocrines animales pour stimuler les glandes correspondantes d’un patient. A l’origine, elle avait été découverte en injectant une thyroïde de mouton broyée sauvant ainsi la vie d’un grave malade hypothyroïdien en phase terminale.Organotherapie

Elle a eu ses heures de gloire, notamment en revitalisation et lutte contre le vieillissement et en particulier avec les injections d’extraits embryonnaires qui se pratiquent encore dans certains pays. En France, les médications d’origine animale ont été interdites pour la plupart et remplacées par des produits d’origine synthétique. Cependant certains remèdes existent encore comme des extraits de pancréas  ou de thyroïde pour soigner les insuffisantes pancréatiques ou l’hypothyroïdie.

L’homéo-organothérapie en endocrinologie

L’organothérapie diluée et dynamisée (homéopathique) fait partie des biothérapies. Elle consiste à réguler l’activité d’un organe ou d’un tissu en donnant des dilutions homéopathiques de ce même organe.

Bien entendu, comme pour l’homéopathie, cette technique reste très discutée mais il faut reconnaitre son efficacité sur les troubles hormonaux en pratique médicale. Est-il nécessaire, dans ce cas, d’en comprendre les mécanismes quand on sait qu’aucun effet toxique n’est possible? Notons que les hormones agissent déjà à des doses infinitésimales dans notre sang.

Le principe est qu’en général, une dilution basse (4CH) stimulerait les glandes et qu’une dilution haute (15CH) les freinerait et 7CH serait régulatrice. Quelques études ont montré ces effets, par exemple l’augmentation des dérivés de corticostéroïdes urinaires après administration de Surrénale 4CH.

Les remèdes sont sous formes de granules, de gouttes, ampoules injectables ou suppositoires.

Quelques exemples d’organothérapie en anti-âge

Ménopause

Uns des utilisation les plus connues des homéopathes est certainement FSH 15CH donné contre les bouffées de chaleur et troubles de la ménopause. En effet, cette hormone augmente fortement à l’arrêt des cycles et de la production oestro-progestative ovarienne. Donner son identique en haute dilution peut améliorer les symptômes liés à la ménopause.

On peut également utiliser Ovaire 4CH (pour stimuler la fonction ovarienne), Hypophyse 7CH (pour réguler la fonction hypophysaire) ou encore Oestradiol 4CH et Progestéronum 4 CH pour compenser le manque de ces 2 hormones à la ménopause…

AndropauseTraitement

On cherche à stimuler la production d’androgènes avec Surrénales 4CH, Testicule 4CH (pour activer ces glandes), Testostérone 4CH (pour lutter contre le manque de testostérone à l’andropause), Hypophyse 4CH, ou encore ACTH 4CH…

Diabète

On cherche ici à réguler les sécrétions pancréatiques d’Insuline et de Glucagon avec Pancréas 4 CH, Insulinum 7 CH, etc…

Homéopathie traditionnelle et manques d’hormones

Les troubles liés au vieillissement et dus à la chute des taux d’hormones sont aussi traités en homéopathie classique. Sans rentrer dans les détails, voici quelques remèdes très employés :

– Lachesis dans les troubles de la ménopause

– Lycopodium dans l’andropause

– Agnus Castus pour retrouver le désir sexuel

– Natrum Muriaticum ou Phosphoric acidum dans les insuffisance surrénaliennes

– Graphites ou Natrum Sulfuricum dans les hypothyroïdies, etc…